Non, ça n'est pas une blague, et il paraît que ça n'est pas un effet "placebo" non plus.

Un chercheur canadien nommé Alain Brunet aurait trouvé un remède miracle à nos chagrins d'amour. Ce n’est pas trop tôt ! 

Ce médicament sous forme de pilule a déjà été testé sur 360 des survivants des attentats du 13 novembre 2015. Il ne joue pas sur le mémoire et ne permet pas d'oublier ce qui nous a traumatisées, mais simplement de ressentir la douleur moins intensément. 

D'après lui, il envisage d'en délivrer sur ordonnance dans le cas d'une grosse peine de cœur, si cela s'avère être vraiment nécessaire. 

"Le chagrin d’amour, cela a l’air léger. Et pour cause, il ne présente pas de menace vitale. Mais si certaines personnes réagissent bien, pour d’autres, le sol se dérobe sous leurs pieds. Il peut alors engendrer un trouble de l’adaptation, au même titre que le stress post-traumatique. Ce sont des pensées répétitives, une envie dévorante de pleurer, des nausées, de la détresse. C’est à ces patients que la thérapie s’adresse" explique le médecin.

Lors de cette psychothérapie, après avoir avalé la pilule, le patient devra écrire sur papier ce qu'il ressent face à son souvenir, attendre qu'elle fasse effet puis se relire. Il devrait alors normalement voir les choses de manière moins tragique...

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

via GIPHY