43% des Français n'ont pas eu de rapport sexuel en 2021

Juliette Gour 11 avril 2022

La sexualité en déclin ? Dans une récente étude IFOP, on découvre que 43% des 15-24 ans n'ont eu aucun rapport sexuel durant l'année 2021. Un chiffre en constante augmentation depuis une dizaine d'années. La jeunesse française lassée des relations intimes ?

La jeunesse française est-elle lassée des relations intimes ? En 2021, 43% des 15-24 ans n'ont eu aucun partenaire sexuel, un chiffre historiquement bas pour le pays du French Kiss et du 'one night stand'. 59% des sondés de la dernière enquête IFOP admettent ne pas avoir de partenaire sexuel régulier. En 2020, c'était 40% des jeunes qui admettaient n'avoir eu aucun rapport sexuel dans l'année. 

Plus les années avancent, plus les jeunes semblent se détourner des plaisirs de la chair. Dans un monde où de nombreux pays connaissent un déclin de la natalité (comme le Japon ou la Corée du Sud), on est en droit de se demander quelle est la cause de cette baisse graduelle année après année. Qu'est-ce qui empêche la jeunesse de faire l'amour ?

Et s'ils n'avaient tout simplement plus le temps de faire l'amour ?

Entre les études, les journées chargées, Netflix (et plus globalement l'ensemble des écrans) qui s'invite dans la chambre à coucher, est-ce que les jeunes ont encore du temps de cerveau disponible pour faire l'amour ? Il semblerait que non. Dans une société de plus en plus rapide avec des journées de plus en plus chargées, difficile de trouver le temps de dater ou simplement de rencontrer le partenaire d'une vie (ou d'une nuit). En 2019, une étude publiée dans le Wall Street Journal révélait que 36% des 18-38 ans avaient déjà décliné une invitation coquine pour passer une soirée en tête à tête avec Netflix. Parce que c'est vrai, à quoi bon sortir et se fatiguer quand Netflix nous offre ce qu'il faut de réconfort et de rêverie (les câlins en moins) ?

Le passage à la dématérialisation des relations a peut-être eu un impact plus fort qu'on ne peut l'imaginer. 37% des 18-24 ans admettent utiliser régulièrement des applications de rencontre. Mais s'il est vrai que l'on prend un malin plaisir à swiper pour prendre un boost d'ego, rares sont ceux qui passent à l'étape de la rencontre. Pour beaucoup, "il faut être désespéré pour utiliser une application de rencontre lorsque l'on est jeune". 

Mais voilà, les confinements n'aidant pas, les jeunes n'ont pas eu l'occasion de se sociabiliser en deux ans et, même si les bars ont fini par réouvrir, il semblerait que le contact ait du mal à se faire.

Une génération timide physiquement ? 

Paradoxalement, les digital natives sont nés avec des claviers dans les mains, ils n'ont aucun problème à stalker ou à aborder quelqu'un sur Instagram, mais dès qu'il est question de la réalité, il semblerait qu'ils perdent tous leurs moyens. C'est comme s'ils n'avaient pas (plus) les codes sociaux qui permettent de faire des rencontres physiques.

Se pose également la question de l'aromantisme ou de la perte d'intérêt pour les rapports sexuels liés à la dénonciation de nombreux travers et autres dérives. Ainsi, les jeunes ne seraient pas tant en abstinence imposée, mais désirée. En parallèle, on se rend compte que les questions autour de la masturbation, surtout féminine, se démocratisent. Les femmes (jeunes et moins jeunes) n'ont plus honte de dire qu'elles se masturbent et admettent (fièrement) utiliser des sextoys pour leur plaisir personnel

Sachant qu'un rapport sexuel se fait à 2 (ou plus), il est pertinent de se demander qui sont les plus susceptibles de s'imposer une abstinence volontaire : les hommes, les femmes, les personnes non genrées ?

Quoi qu'il en soit, la baisse régulière de la fréquence des rapports sexuels n'est pas anodine et les observatoires gardent un œil sur ces chiffres qui pourrait, au fil des mois, continuer à augmenter. 

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : sexe, News Bien-Être, News Société

Vous aimerez aussi

Top de Sexo

Sur le même sujet

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !