Le curving, cette pratique encore plus violente que le ghosting pour rompre avec son partenaire

Juliette Gour 12 mai 2021

On pensait avoir atteint le summum avec le ghosting, une pratique qui consiste à disparaître sans ne plus jamais donner de nouvelles à votre partenaire. Mais c'était avant d'apprendre l'existence du curving, une pratique encore plus vicieuse et traumatisante pour la personne qui la subit.

Paperclipping, ghosting, curving... Les anglicismes pour parler de ces nouvelles méthodes de drague et de rupture ne manquent pas. Il est d'ailleurs important d'en parler, car cela peut vous éviter beaucoup de déconvenues

Si l'on pensait que le ghosting était la façon la plus lâche de larguer quelqu'un, c'était sans compter sur le curving. On essaye encore de trancher entre les deux pour savoir laquelle est la pire. Le terme curving est né en 2017, il a été mis en lumière sur Thought Catalogue par Brittany Cox. La jeune femme mettait alors un mot sur quelque chose que nous avons déjà tous et toutes subi au moins une fois : le small talk à outrance avec une personne qui ne se mouille jamais, qui n'accepte jamais, ou très rarement, de vous voir et qui finit, petit à petit, par disparaître des radars sans laisser de trace.

Décryptons ensemble le mode de fonctionnement du curving. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

-

Le cruving, mode d'emploi

Mise en situation : vous discutez avec cette personne depuis un petit moment, vous avez eu quelques dates, avez couché ensemble quelques fois, mais à chaque fois que vous essayez de parler de "vous" pour définir un peu la relation, il change de sujet, répond à votre question par une autre... Au fil du temps, il se fait plus distant et finit même par vous poser un lapin lorsque vous avez rendez-vous. Par message, ce n'est que du small talk, très superficiel, il n'est pas question de sérieux. Dans la suite logique des choses, il ou elle finira par ne plus vous écrire du tout en laissant la relation en suspend, sans explications et sans vous dire clairement que c'est fini. Voilà un schéma relativement classique dans la pratique du curving. Cette pratique est certes moins brutale que le ghosting mais elle peut mettre la personne qui subit dans un état de doute permanent. 

Qu'est-ce que les gens gagnent à pratiquer le curving ?

Comme bien souvent, il est question d'ego ou de boost. Il se peut que cette personne ait besoin de se sentir séduisante ou, pire, ait besoin de se rassurer et d'être sûre qu'il ou elle plaît toujours (cela arrive surtout quand la personne est en couple depuis un moment). Grâce à ces moments, à ces messages, ils vont se sentir essentiels pour vous et vont devenir un de vos repères sur une période donnée. Ils prennent du plaisir à vous voir vous attacher à eux. Mais, une fois le boost d'ego pris et les batteries de séduction rechargées, ils n'ont plus besoin de vous, plus de raison donc, de continuer à entretenir cette "relation" avec vous. 

Le curving peut également servir à toujours garder quelqu'un sous le coude, en période de jachère. Entretenir une petite relation par messages, en prenant des nouvelles de temps en temps, peut permettre de toujours garder un lien avec la personne. Certains vont encore plus loin en ritualisant les messages : par exemple en n'envoyant un message que le jeudi de 18 à 20h. Au fil du temps, la personne qui reçoit les messages va s'habituer à cette routine et se sentir abandonnée le jour où il n'y a plus de message. Dans le curving se cachent de nombreux niveaux de sournoiserie et de lâcheté, c'est pour cette raison qu'il faut absolument bannir cette pratique.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

Quelle est la différence entre ghosting et curving ? 

Si le curving a un côté très vicieux et flirte avec certaines méthodes de manipulation, le ghosting a au moins le privilège d'être brutal et définitif. Le curving ne vous permettra pas d'oublier rapidement cette personne car elle sera toujours là sans l'être, alors que le ghosting va mettre un stop net à tous contacts. On ne dit pas que l'une est mieux que l'autre, dans les deux cas, ces pratiques traduisent une certaine lâcheté et une incapacité à dire clairement si l'on est intéressé ou non. Mais, on s'accordera pour dire que le ghosting a quelque chose d'assez défini que le curving n'a pas.

 

 

Tags : couple, psychologie, rupture

Vous aimerez aussi

Top de Psycho & Société

Sur le même sujet

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !