Angoisser à l'arrivée de son anniversaire : est-ce que c'est normal ?

Juliette Gour 07 juin 2022

Les années se suivent et commencent à se ressembler : tous les ans, à l'approche de votre anniversaire, vous êtes piqué d'une étrange mélancolie qui ne vous quittera qu'une fois votre date de naissance passée. Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas le seul...

Chaque année, c'est la même histoire : à quelques jours de votre anniversaire, vous avez du mal à vous réjouir de prendre une année de plus. Vous êtes empreint à des doutes et des angoisses qui ne vous quittent pas du soir au matin. Pourtant, dans l'absolu, vous devriez être ravie que cette journée où il n'est question que de vous soit sur le point d'arriver. C'est une journée marquée par la célébration et la joie... Pourtant, rien à faire, vous n'arrivez pas à vous enlever le négatif de la tête. 

Rassurez-vous, vous n'êtes pas la seule personne dans cette situation. Nombreux sont ceux qui, à l'approche de leur anniversaire, sont pleins de doutes. Les jours qui précèdent une date d'anniversaire sont souvent dédiés à faire le point : le point sur sa vie, son quotidien, ses objectifs... Normal, donc, que l'on soit rongé par l'inquiétude lorsque l'on passe nos nuits à nous refaire le film de l'année qui vient de s'écouler. S'ajoute à tout ça la pression du temps qui passe (et celle de la société), les questions incessantes de nos proches qui nous demandent ce qu'on veut faire pour fêter cette bougie supplémentaire...

En définitive, tout le monde semble s'être mis d'accord pour vous rappeler que vous soufflerez une bougie de plus cette année (même Yves Rocher) et c'est loin de vous faire plaisir. C'est encore plus impactant lorsque les anniversaires célèbrent des dates clés : 25 ans, 30 ans, 40 ans... Des âges paliers qui sont parfois difficiles à digérer.

Les Éclaireuses

 

Un anniversaire, c'est l'indicateur du temps qui passe

Ce que l'on célèbre, le jour de l'anniversaire, ce n'est ni plus ni moins que votre arrivée sur terre, la date de votre premier souffle, mais aussi, un jour de labeur pour votre mère qui a mis toute son énergie pour vous donner la vie. Normal donc, de célébrer ce jour si particulier dans votre vie et celle de votre famille. Pourtant, il n'y a rien à faire, à l'arrivée de cette date, votre humeur rime plus avec mélancolie qu'euphorie, pourquoi ? Parce que c'est le signe tangible que le temps passe et que, quoi que vous fassiez, vous n'arrêterez jamais de vieillir. 

L'ironie de la situation, c'est qu'enfant ou ado, on attendait ce jour avec impatience, car on avait hâte de prendre de l'âge, de pouvoir avoir accès à de nouvelles choses. Mais, passé 25 ans, ce n'est plus la même histoire, cette date est plus redoutée et c'est normal, car elle signifie que vous vieillissez et vieillir, la société nous pousse à ne pas aimer ça. Les injonctions à rester jeune, beau/belle, fringant/fringante sont encore bien présentes (ce n'est pas pour rien que Kim Kardashian se dit prête à manger des excréments si ça peut l'empêcher de vieillir). Prendre de l'âge, c'est effrayant, ça nous renvoie au temps qui passe (trop vite) et à l'aspect éphémère de la vie.

Les injonctions sociétales nous poussent également à croire qu'il y a une date de péremption (encore plus chez les femmes) passé une certaine date, on a tendance à estimer que les femmes ne sont plus "utiles". La preuve étant les catherinettes qui notifient aux femmes qui sont encore célibataires après 25 ans qu'elles entrent dans la case des "vieilles filles". Autre exemple, trop d'hommes considèrent encore qu'une femme de plus de 35 ans ne peut plus avoir d'enfants parce qu'elle est trop vieille. À tout cela s'ajoute la famille qui, chaque année, se fait un plaisir de demander où en est notre vie amoureuse... 

Toutes ces injonctions mises bout à bout sont l'élément déclencheur d'une angoisse intégrée et c'est pour cette raison que l'on a tendance à faire le bilan à l'arrivée de notre anniversaire : non pas pour se réjouir de l'année écoulée, mais bien pour notifier toutes les cases que l'on a pas encore cochées. 

Un bilan qui pousse à la comparaison

Ce bilan, aussi complet qu'il soit, nous pousse également à nous comparer. Nous comparer aux autres également en fonction des injonctions sociétales. Vous allez scanner toutes vos copines, notifier celles qui sont en couples, mariées, fiancées, propriétaires, mamans, professionnellement épanouies et vous allez noter les points de différences. Et, même si dans l'absolu le reste de l'année vous vous plaisiez dans votre célibat et que vous n'avez aucunement envie de finir dans une maison de banlieue avec 2 chiens et 1 enfant, vous finissez toujours par vous demander si vous avez fait le bon choix, si vous avez pris le bon chemin de vie.

Ces pensées toxiques vous poussent à dévaloriser le chemin accompli et vous en oubliez même les highlights de votre année. Si vous n'avez pas eu d'enfant cette année, vous avez tout de même eu de belles aventures : des rencontres par centaine, un voyage extraordinaire, le job de vos rêves, vous avez adopté un chat... Autant de petites victoires qui ne sont pas considérées par la société, mais qui vous ont permis d'avoir une vie plus douce et plus épanouie.

 

L'obligation de célébration

Autre injonction sociétale un poil toxique : l'injonction à la célébration qui entoure la date d'anniversaire. Conventionnellement, tout le monde s'attend à ce que vous soyez enclin à célébrer votre anniversaire. Mais, dans les faits, rien ne vous oblige à aimer célébrer cette date et c'est encore plus vrai pour les personnes introverties qui n'aiment pas être au centre de l'attention.

Ça arrive à tout le monde d'accepter de célébrer pour faire plaisir aux autres, mais s'il y a bien un jour où vous pouvez faire ce qui vous plaît, c'est bien le jour de votre anniversaire. Si, pour vous, célébration rime plus avec sauna en solo que cocktail à gogo, pas besoin de vous obliger à réserver un bar pour réunir des gens que vous n'avez pas forcément envie de voir.

Et si les autres insistent pour célébrer votre anniversaire, dites-leur que c'est adorable, mais que cette année vous n'êtes pas vraiment dans le mood. S'ils vous connaissent assez, ils se retiendront de vous faire un anniversaire surprise et se cantonneront à un simple message le jour J. 

Dans le fond, doit-on réellement fêter son anniversaire ? 

Finalement, qui a décidé qu'il était obligatoire de célébrer le jour de sa naissance ? Dans l'absolu, vous n'avez rien fait pour venir au monde. En revanche, votre maman, si. Blague à part, si pour la majorité des gens il est acté qu'un anniversaire, ça se fête en grande pompe, il est temps d'arrêter de croire que cela fait plaisir à absolument tout le monde : dans les faits, nombreux sont les gens qui préfèrent compter leurs rides seuls dans leur coin plutôt que de danser sur des bars entourés d'inconnus.

Alors, arrêtez de forcer la main à cet ami que vous trouvez "un poil barbant", s'il ou elle n'a pas la même définition de la célébration que vous, c'est peut-être parce que son anniversaire a un écho très douloureux.

 

 

 

Tags : psychologie

Vous aimerez aussi

Top de Psycho & Société

Sur le même sujet

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !