Décès du dernier rhinocéros mâle de Sumatra en Malaisie

La grande île indonésienne de Sumatra a fait face, il y a quelques jours, à la perte du dernier mâle rhinocéros de Malaisie...

Depuis avril, des tests avaient confirmé que l'animal souffrait de problèmes aux reins et à d'autres organes qui commençaient petit à petit à se détériorer, tout comme son appétit, c'est ce qu'avait remarqué Augustine Tuuga, directrice de Sabah Wildlife.

L'animal aurait eu une trentaine d'années, aujourd'hui. L'espérance de vie des rhinocéros de Sumatra étant d'environ 35-40 ans, son vieil âge aurait donc pu jouer dans la détérioration rapide de sa santé. 

Des soigneurs avaient alors tenté de rapprocher le rhinocéros nommé Tam de deux femelles, Puntung et Iman mais malheureusement, après de nombreux essais, Puntung succomba à un terrible cancer en 2017 : "Nous avions tellement espéré que Tam produirait une progéniture en captivité, mais cet espoir a été anéanti lorsque les deux femelles restantes à Tabin ont été incapables de porter des fœtus" nous confia Margaret Kinnaird, la responsable des pratiques de protection de la faune sauvage pour la World Wildlife Fund (WWF) international. 

Après de multiples tentatives pour conserver l'espèce, aujourd'hui en danger critique d'extinction, l'isolement apparaîtrait comme une grande menace. 

À l'écart, les femelles auraient en effet tendance à développer des kystes et des fibromes dans leur système reproducteur si elles ne s'accouplent pas pendant longtemps, cela a été le cas pour Puntung et Iman : "La mort de Tam souligne à quel point les efforts de collaboration autour du projet Sumatran Rhino Rescue sont d’une importance capitale. Nous devons capturer ces derniers rhinocéros isolés à Kalimantan et à Sumatra et faire de notre mieux pour les encourager à faire des bébés" a tenu à déclarer la responsable de l'organisation. 

En raison de la grave perte d'habitat et du braconnage illégal, on estime qu'il reste moins de 80 rhinocéros de Sumatra dans la nature. La plupart d’entre eux se trouveraient sur l’île voisine de Sumatra, avec quelques rares dispersés à travers Kalimantan dans le Bornéo indonésien, selon National Geographic.

En 2018, un certain nombre d'organisations à but non lucratif œuvrant dans le domaine de la conservation se sont associées au sauvetage du rhinocéros de Sumatra pour capturer en toute sécurité le plus grand nombre possible de rhinocéros sauvages, afin de les réunir pour la reproduction en captivité.

Les experts reconnaissent malgré tout que Tam leur aura permis, malgré le fait que ce dernier n'ait pas réussi à créer une progéniture, de mieux comprendre les enjeux de son espère : "Les travaux de l’Alliance des rhinocéros de Bornéo sur les techniques de reproduction avancées, notamment la récolte des œufs et la création d’embryons, nous ont permis de progresser dans la compréhension de la biologie de cette espèce" a ajouté la directrice exécutive de la Fondation internationale Rhino, Susie Ellis. 

L'histoire de ce rhinocéros, trouvé en 2008 dans une plantation de palmiers à huile, capturé et ramené dans la réserve faunique de Tabin, à Sabah, n'est donc pas anodine.

De ce fait, Margaret Kinnaird pense que cette prise de conscience est utile pour permettre aux organisations de renforcer les efforts jusque-là fournis en faveur de la protection de cette espère rare : "Le public doit comprendre à quel point la survie des rhinocéros de Sumatra est précaire. La perte de Tam représente environ 1% de la population."

Les Éclaireuses

-

-

-

Vous aimerez aussi

Top de Bien-être

De la même auteure

Prête à être
éclairée ?

Recevez la dose d'inspiration
qui change la donne !