Girl Boss spotted !

"Je le vaux bien", "je suis belle", "je peux le faire", "je me sens bien", "rien ne m'arrête", "je suis douée", "je crois en moi", "j'aime mon corps"...

Voilà les mini-déclarations d'amour de vous à vous-même que vous méritez d'entendre pour réveiller la Girl Boss qui sommeille en vous. Le temps des doutes est révolu, jamais plus la pression des standards n’étouffera votre confiance en vous : pinky swear !

Notre corps a besoin d'amour, de bisous, de câlins tous les jours... et de mots doux ! Il nous aime certainement bien plus que n'importe qui. Qui d'autre ferait tout ce qu'il fait pour nous ? Il n'est pas parfait, mais il est unique et c'est justement ce qui le rend beau. Soyons réalistes, si la perfection était à notre portée, ne perdrait-elle pas toute sa valeur ?

Ladies and gentlemen, nous avons une grande nouvelle. Notre radar à Girl Boss s’est fortement activé aux USA et a repéré Samantha Allen.

Lors d’un rendez-vous médical, sa vie bascule. La jeune fille découvre qu'elle est atteinte du syndrome des ovaires polykystiques. Une maladie qui lui fait pousser des poils excessifs sur tout son corps. Aujourd'hui, elle a décidé d'embrasser son corps tel qu'il est, de l'accepter et, en plus, d'encourager tout le monde à faire de même.

Enjoy,

Les Éclaireuses

1. Samantha Allen souffre d'une maladie rare !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝕊𝕒𝕞 (@bodyicanflaunt)

Samantha Allen a été diagnostiquée avec le syndrome des ovaires polykystiques, une maladie rare qui incite les ovaires à produire un niveau anormal d'hormones sexuelles mâles et induit l'hirsutisme (visage, poitrine, dos, fesses, face antérieure des cuisses, etc.). La maladie, qui touche environ 10 % des femmes en âge de procréer, serait la cause la plus fréquente de pilosité excessive.

Elle a commencé à se raser les jambes à l'âge de 8 ans, et a développé des poils sur le visage "à l'âge de 11 ans" explique-t-elle à Media Drum World.

2. Elle a été humiliée et moquée à cause de sa pilosité excessive ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝕊𝕒𝕞 (@bodyicanflaunt)

"Les gens m'appelaient Chewbacca, me considéraient comme un homme", a déploré la jeune femme, se référant au personnage poilu de "Star Wars". "Je ne connaissais même pas la moitié des gens qui m'intimidaient." Suite à sa pilosité excessive, de plus en plus de gens ont commencé à se moquer d'elle, y compris des membres de sa famille proche. 

3. En plus de sa pilosité, elle a pris beaucoup de poids ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝕊𝕒𝕞 (@bodyicanflaunt)

Samantha Allen a ajouté : "Lorsque vous êtes en surpoids, tout le monde le commente toujours inconsciemment."

"J'ai toujours eu des gens qui essayaient de me dire comment perdre du poids efficacement, quels médicaments je devrais utiliser pour le SOPK parce que leur sœur/cousin/meilleure amie/ maman l'a aussi."

4. Depuis peu, elle s'assume pleinement ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par 𝕊𝕒𝕞 (@bodyicanflaunt)

Récemment, elle a partagé son parcours sur Instagram et a trouvé du soutien dans une communauté de femmes partageant leurs expériences du SOPK.

Malgré cela, Samantha a toujours des commentaires déplaisants sur son Instagram : "J'ai des gens qui laissent des commentaires haineux sur mes photos ou qui laissent l'émoji vomi en voyant des photos de mes poils." Elle répond : "Je ne me laisse pas déranger car je reçois souvent des messages privés de femmes partageant leurs propres histoires de SOPK."

"De nombreuses femmes ont affirmé que je suis courageuse et que voir mes photos et mon histoire les aide également dans leur cheminement." dit-elle aussi au Media Drum World. 

 

Tags : poils, aimer son corps, BodyGlory