Un tour sur le hashtag #BalanceTonBar et un autre sur le compte Instagram du même nom suffisent à comprendre qu'il y a aujourd'hui un (très) gros problème sur la question de la sécurité des femmes dans les bars et les boîtes de nuit.

C'est suite à deux mauvaises expériences pour ses proches que Simon Kerckhove, 21 ans, a décidé de travailler sur une gélule capable de détecter la présence de GHB dans un verre.

Des gélules au fonctionnement très simple

L'idée de base est assez simple : mettre une gélule dans un verre servi dans un bar ou dans une boîte et attendre de voir s'il se passe quelque chose. En cas de présence de GHB dans le verre, la gélule changera de forme et commencera à devenir effervescente, elle transformera la couleur de la boisson et laissera échapper une odeur particulière. Si aucune drogue n'est présente dans le verre, la gélule restera dans son état normal, sans modification et sans impact pour la boisson.

Un produit disponible dans un an

Aujourd'hui, ces gélules sont en phase expérimentale. Pourquoi ? Parce qu'il y a un réel désir de créer un produit aussi efficace que possible pour arrêter cette chaîne grandissante de victimes du GHB. Ainsi, la nécessité est aujourd'hui mise sur la rapidité de réaction de la gélule. Le jeune étudiant et les équipes qui travaillent sur le développement du produit espèrent pouvoir mettre cette gélule sur le marché d'ici 1 an à 1 an et demi.

En attendant, les personnes visées par les attaques au GHB devront essayer, autant que faire se peut, de se protéger des agresseurs, avec des capuchons de verre par exemple. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News, société