Le confinement rassemble les familles sous le même toit, pour se protéger d'un virus mortel qui a touché plus d'un million de personnes en France. Alors que certaines familles décident de se mettre aux activités amusantes ainsi que de passer plus de temps avec leurs enfants, beaucoup d'autres se disputent pour laisser place à de la violence.

Le chiffre de la maltraitance faite aux enfants n'a cessé de grimper avec le confinement. Tout comme les violences conjugales, cette agressivité a créé de véritables dangers ainsi que de nombreux décès. Chaque année, 72 enfants succombent sous les coups de leurs parents en France. Si le numéro 119 "Allô enfance en danger" a été mis en place, les appels n'ont pas cessé de pleuvoir en voyant une augmentation de 56,2% pendant cette période.

C'est à l'annonce du deuxième confinement que les autorités ont commencé à s'inquiéter de nouveau. Si vous aussi vous voulez aider à faire avancer les choses, cette consultation a été mise en place sur la plateforme make.org jusqu'au 9 novembre pour partager ses idées et protéger les enfants de toutes formes de violences. On peut y lire une proposition de Jeanine, 62 ans, "Il faut enlever les enfants maltraités et les placer dans un endroit protégé et les scolariser", ou bien Caroline, 34 ans, qui propose qu'il faille "plus parler des difficultés d'être parent, à tous les âges, des ressources et relais à mobiliser sans peur quand ça ne va pas à la maison.

Un partenariat a été créé avec le n°1 de la presse pour enfant, Bayard Jeunesse, pour mettre en place une consultation pour les 8/16 ans. Votre voix compte et est importante pour tous les foyers où un enfant meure, tous les cinq jours, sous des coups.

Enjoy, 

Les Éclaireuses

Source Photo : Femme Actuelle Source Photo : Femme Actuelle