Des crampes un peu trop douloureuses, des vomissements à répétition, des douleurs durant les rapports sexuels, tous ces symptômes qui ne sont pas anodins, vous pouvez souffrir d'endométriose.

Cette maladiea longtemps été méconnue et incomprises. Décrite pour la première fois en 1860 par le physicien Karel Rokitansky,  cette maladie gynécologique touche 5 à 20 % des femmes en âge de procréer et 40% des femmes qui se plaignent de douleurs dans le ventre. Cela représente environ 150 millions de femmes dans le monde.

Jusqu'à présent, il est nécessaire de faire une IRM, une écographie endovaginale ou une écographie pelvienne pour détecter l'apparition de kystes ou de lésion,  mais une autre option beaucoup plus simple et rapide est en passe de voir le jour.

C'est ce que des chercheurs britanniques de l'Université de Hull essaient de mettre au point. Ils voudraient apporter aux femmes un test de dépistage de l'endométriose rapide à faire, sous la même forme d'un test de grossesse ou via une prise de sang sur le bout du doigt (comme pour la calcul de la glycémie capillaire). Le test détecterait une protéine bien particulière en cas d'endométriose, mais également le taux de privation d'oxygène sur des cellules de l'endomètre qui est différent d'une personne atteinte à une personne non atteinte.

Le test ne sera pas encore disponible avant quelques années, le temps de perfectionner le produit et de le faire valider par les autorités sanitaires. Il faudra que les femmes s'arment de patience. En attendant, si le moindre symptôme vous inquiète et si vos douleurs menstruelles sont insupportables il est nécessaire de consulter un médecin ou d'en parler à votre gynécologue. Les douleurs pendant les règles ne sont jamais anodines. 

Enjoy,

Les Éclaireuses