Le biolo­giste marin Vladi­mir Burka­nov a décou­vert, lors d’une excursion, un bébé phoque albi­nos à poils roux vivant sur l'île de Tynleny, dans la mer d’Okhotsk, à l’ex­tré­mité de la Sibé­rie. Du fait de sa parti­cu­la­rité géné­tique, le pauvre animal a été rejeté par sa colo­nie.

Ce petit phoque partiellement albinos a des nageoires roses, des yeux bleus et une fourrure rousse. Les scien­ti­fiques estiment qu’il y a une chance sur 100 000 pour qu'un phoque albi­nos naisse.

Dans ces cas-là, malheureusement, il s’agit plutôt d’une malé­dic­tion pour l’ani­mal. Le cher­cheur Vladi­mir Burka­nov et ses collègues l’ont surnommé « le vilain petit canard » et l’ob­servent de près : s’il est défi­ni­ti­ve­ment rejeté par les autres phoques, ils pour­raient prendre le bébé phoque roux sous leur aile. Pour eux, ses yeux clairs témoigneraient d’une mauvaise vue, un handicap qui pourrait l’empêcher de se reproduire.

« Ce petit a l’air bien nourri et il est très actif, sa mère lui a donné plein de lait », dit-il. « Mais les autres phoques l’ignorent ou le regardent avec inquié­tude, donc quelque chose ne va pas ». Si les choses dégé­nèrent, le petit, dont la vue serait mauvaise, sera secouru et placé dans un delphi­na­rium.

Il lui reste toutefois un peu d’espoir car, sur l’île de Béring, un autre phoque roux est, lui, parvenu à s’intégrer à sa communauté depuis six ans même s’il n’a pas participé à la reproduction et n’a été vu que dans la section célibataire de la colonie.

Les Éclaireuses

Crédit photo : Vladimir Burkanov
Crédit photo : Vladimir Burkanov
Crédit photo : Vladimir Burkanov

 

 

Tags : News divertissement