Noir, blanc ou gris, ils seront tous abattus !

S'il est prouvé que les animaux ne transmettent pas le virus à l'homme, ce n'est pas le cas du vison. Ce petit animal, élevé en masse pour sa fourrure, peut attraper la Covid et le transmettre aux humains.

Une mutation du virus est donc possible à travers ces animaux. C'est pourquoi le gouvernement a ordonné l'exécution des bêtes, une mauvaise nouvelle pour les éleveurs qui se trouve en réelle difficulté financière.

Alors qu'au Danemark, aux Pays-Bas, en Suède et en Grèce, des élevages de visons ont été la cible du virus, des mesures ont été prises pour que la propagation ne continue pas. C'est le cas depuis quelques jours d'un des quatre élevages situés en France, en Eure-et-Loir. Le gouvernement a décidé d'abattre les 1 000 bêtes présentes pour éviter toute propagation du virus. Tandis que trois autres élevages subissent encore des tests, les cages des animaux de l'Eure-et-Loir ont été vidées et chaque animal tué.

Même si le problème n'est pas aussi grave qu'au Danemark, premier exportateur mondial possédant en moyenne 17 millions de bêtes, le gouvernement n'a pas hésité à prendre cette mesure. Si l'élevage de visons sur le territoire français sera illégal d'ici 5 ans, la filière française de la fourrure a déclaré qu'elle « collaborerait en toute transparence afin de garantir les meilleures conditions sanitaires pour les élevages et leur environnement ».

Les Éclaireuses 

 

Source Photo : AFP/Mads Claus Rasmussen Source Photo : AFP/Mads Claus Rasmussen