Que font les Français lorsqu'ils surfent sur le net ? C'est la question de s'est posée la Fondation Descartes. C'est avec une toute nouvelle méthodologie est une approche un peu particulière que cette institution s'est lancée dans l'analyse des activités des Français sur Internet. Près de 2370 personnes ont accepté que leurs données numériques soient enregistrées et analysées sur tous les points de contact possibles (ordinateur, tablette, téléphone...). Les seules données restées privées sont les fils d'actualité des réseaux sociaux.

Plus de temps passé à regarder du porno qu'à s'informer

En analysant les différentes données, l'Institut Descarte a pu mettre en place une cartographie très précise des habitudes des Français sur le Web. On se rend ainsi compte que le porno est plus consulté que les sites d'informations. 4% du temps d'activité sur Internet est consacré au porno (l'industrie a encore de beaux jours devant elle). 

Des fluctuations dans les comportements ont cependant été observées en fonction de l'âge des participants à l'étude. Les 50 ans et plus sont, en effet, plus intéressés par l'information est sont plus susceptibles de consulter des sites Internet pour s'informer. Se pose également la question de la gestion des fake news, un aspect qui pose plus de problèmes aux séniors qu'aux digital natives. En moyenne, 39% des sources consultées sont des sources trompeuses ou non fiables. La question de l'analyse de l'information est donc devenue centrale sur le web (et encore plus depuis la crise du Covid-19).

 

La majorité du temps passé sur Internet est destiné au streaming

28% de notre temps passé sur Internet est réservé au streaming de musique ou de vidéos. Dans cette catégorie, on englobe donc Spotify, Deezer mais également toutes les plateformes de streaming vidéo : Prime, Netflix, Disney +, Salto, ADN, Wakanim, Viki.... La liste est bien longue. À la surprise générale, les réseaux sociaux ne sont pas majoritaires sur notre temps passé sur Internet, ils arrivent en troisième position avec 11% du temps qui leur est consacré. Ils se placent juste derrière les e-shopping et les rencontres en ligne.

Finalement, cette étude met en lumière le fait que les internautes se servent très peu de ce pour quoi Internet a été créé à la base : l'information. Petit à petit, la pédagogie a laissé place au divertissement. Reste maintenant à savoir si ce changement de comportement est bénéfique pour les internautes ou non. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News, News Bien-Être