Fini le temps où ces messieurs pouvaient profiter de leur liberté alors que leur victime devait vivre dans le silence, la peur et l'oubli. 

Depuis quelques années, le mantra est de balancer son harceleur, son agresseur, son quoi et, depuis quelques jours, son rappeur

L'affaire a exposé sur les réseaux sociaux : plusieurs jeunes femmes accusent le rappeur Moha La Squale d'agressions sexuelles, violences, séquestrations et même tentatives de meurtre ! 

La mannequin Léna Simonne a été l'une des premières à partager ces accusations sur Instagram, ouvrant la porte à une vague d'autres témoignages accablants. 

L'une des victimes, nommée Romy, a elle aussi publié une vidéo dans laquelle elle dénonce publiquement le comportement du rappeur français, envers elle et une de ses connaissances, elle aussi victime de violences. 

Elle déclare : "Il était ultra-irrespectueux avec moi. Disons que si moi ça a été, j’ai pas mal de gens que je connais qui ont connu des choses très graves vis-à-vis de lui. C’est un grand malade, c’est la seule chose que je dirais (…). Vos rappeurs violents qui font des sons de love et qui séquestrent des meufs et frappent leur go, on adore que ce genre de pourritures soient streamés à fond."

L'ex petite-amie du rappeur, Luna, s'est également confiée : "J’ai passé deux ans avec Moha. Deux ans d’enfer, de violences physiques, psychologiques, de menaces, de cris, de larmes, d’interdictions en tout genre, bref, je pourrais dérouler longtemps, la liste est longue (…). Il m’a écrit 'Luna' alors qu’il passait son temps à me hurler dessus, à me reprocher tout et n’importe quoi, à être super-violent avec moi, humiliant."

Une autre victime, Angelina, a révélé avoir été séquestrée par le rappeur qui s'est montré de plus en plus violent devant elle en une soirée. Elle révèle : "J’étais la dernière petite copine officielle de Moha. Il est venu chez moi, il ne m’a pas laissée sortir, il était dans une crise de démence (...) ça a vraiment vraiment dégénéré parce qu’il était super agressif, après le passage de la police il est resté chez moi toute la nuit. Il m’a séquestrée, il a essayé de m’étrangler, de m’étouffer, j’étais limite défigurée." 

Alors que les témoignages continuent de tomber, trois femmes, âgée de 23 à 28 ans, ont porté plainte contre le rappeur pour violences et séquestrations. Une enquête va être ouverte. 

Roméo Elvis a également été la cible d'accusation. Une jeune femme accuse le rappeur belge de l'avoir agressée sexuellement. Elle a partagé les captures d'écran d'une conversation qu'ils auraient eue où le frère d'Angèle présente ses excuses et reconnaît les faits. 

On peut y lire : "Je veux encore une fois m'excuser pour ce qui s'est passé c'était vraiment n'importe quoi. J'ai vraiment aucune explication, excuse, j'étais juste une merde sur le coup. Et j'ai pris plusieurs semaines à essayer d'oublier ce geste stupide. Je veux juste encore une fois m'excuser pour ça. Et passer à autre chose définitivement, j'ai vraiment honte et j'ai vraiment pas envie que ma copine (Léna Simonne, ndlr) apprenne ce truc vraiment."

Le rappeur n'a pas encore réagi. 

Les Éclaireuses