Soutif ou pas soutif ? Il semblerait qu'en France, la question ne se pose (presque) plus. Depuis le confinement, une vague de #NoBra semble avoir envahi les dressings des Françaises, pour leur plus grand confort. Selon une récente étude Ifop, pour XloveCal, les femmes portant un soutien-gorge au quotidien se font de plus en plus rares, surtout chez les jeunes. 

En 2022, 13% des moins de 25 ne portent jamais de soutien-gorge. En février 2020, elles étaient seulement 4%.

Les Françaises, une exception en Europe

On pourrait penser que le mouvement du #NoBra est un mouvement global chez toutes les femmes, pourtant, les chiffres montrent que les Françaises sont une vraie exception. En moyenne, ce sont seulement 4% de femmes qui osent bouder les soutifs. On descend même à 1% au Royaume-Uni ou en Allemagne.

Mais, ce n'est pas nouveau que les Françaises y sont opposées. Ce sont également elles qui au début du 20e siècle, ont été les premières à abandonner les corsets au profit des soutiens-gorge, moins contraignants (et surtout moins dangereux). 100 ans plus tard, c'est au tour des soutiens-gorge de tirer leur révérence au profit du "rien du tout", qui s'avère être meilleur pour la santé de nos seins en plus.

Pourquoi est-ce mieux de ne pas porter de soutien-gorge ?

Non seulement c'est plus confortable (on se sent moins étriqué), mais il y a de véritables bienfaits à ne pas porter de soutien-gorge, notamment sur la question de maintien. Une poitrine s'avère être plus fière lorsqu'elle n'est pas étouffée dans un soutien-gorge. Pourquoi ? Parce que les soutifs ont tendance à atrophier les muscles de la poitrine alors que sans soutif, on les fait travailler en permanence. 

Et, bonus, les seins ont même tendance à grossir lorsqu'ils ne sont pas étouffés dans un soutien-gorge... Alors, pourquoi s'en priver ?

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Société/Tech