Le point du mari : mutilation gynécologique faite volontairement après un accouchement visant à "resserrer" l'entrée du vagin pour "faire plaisir à monsieur" après une épisiotomie.

Depuis peu de temps, les langues se délient sur ce qu'il se passe dans les salles d'accouchement, que ce soit avant, pendant ou après la naissance de l'enfant. De nombreuses femmes témoignent de la froideur qui règne dans ses salles et de la déshumanisation de leur corps. C'est après un billet publié par Agnès Ledig sur Facebook que le voile s'est levé sur cette sordide histoire de point du mari, une pratique toujours en vigueur en 2021. Si certains praticiens avouent ne pas connaître le terme, d'autres, en revanche, avouent à demi-mots que c'est bel et bien quelque chose qui se pratique dans certaines salles d'accouchement

 

De nombreuses femmes ignorent qu'elles sont aussi concernées

Le plus choquant dans cette histoire, c'est que de nombreuses femmes sont concernées par cette mutilation sans le savoir. De nombreux praticiens se gardent bien de dire aux femmes ce qu'ils font. L'argument majeur des médecins qui pratiquent le point du mari ? C'est que, selon eux, pour les femmes ça ne change rien en revanche, pour les hommes, cela favorisera leur plaisir après la période de repos obligatoire suite à une naissance. 

Ce qui dérange dans cette pratique, c'est, d'une part, le sexisme évident de la pratique mais, surtout, la quasi-majorité des médecins ne demandent pas l'avis des femmes avant de recoudre.

 

Ce point du mari peut provoquer des complications pour les femmes

Même si les médecins affirment que cela ne change rien pour les femmes, elles sont nombreuses à rapporter des douleurs pendant les rapports sexuels suite à un accouchement (et donc à la pratique du point du mari). Certaines femmes ont tellement mal qu'elles ne peuvent plus avoir une vie sexuelle normale et, dans de rares cas, une intervention médicale est nécessaire pour défaire ce qui a été fait et retirer l'obstacle créé par le médecin après l'accouchement.

Il est aujourd'hui essentiel que les femmes soient au courant de ses éventuelles pratiques pour s'en protéger. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses femmes, comme l'illustratrice Alison Dos Santos, ont pris la parole pour alerter sur ce phénomène intime et insidieux.

Les Éclaireuses

 

 

Tags : société, féminisme, Femme