Retour sur les faits. Il y a quelques mois, la jeune femme a décidé, comme bon nombre de candidats de télé-réalité, de s’expatrier à Dubaï, ville où tous les fantasmes, même les plus immoraux, sont possibles. Elle est également l'heureuse patronne d'une marque de cosmétiques, qui connait un certain succès. Le coup marketing de la marque ? Proposer un code promo ''Bardot50'' pour bénéficier de 25% de remise et promettre que 25% des bénéfices des ventes seraient reversés à la fondation créée par l'actrice française. Un postulat de départ somme toute assez positif qui a sûrement dû inciter bon nombre de clientes, sensibles à la protection animale, à acheter les produits de Maddy. 

Seulement voilà, un post Instagram (qui a depuis été supprimé) a mis le feu aux poudres : une photo d’elle, posant fièrement avec un lionceau élevé en captivité et destinée au divertissement des touristes, chose assez courante à Dubaï. Une image qui a vivement fait régir Hugo Clément, journaliste fervent défenseur de la cause animale, qui s’était déjà offusqué du comportement d’anciens candidats de télé-réalité, il y a quelques jours, s’exposant fièrement sur les réseaux sociaux, promenant un singe en laisse ou caressant un crocodile, la gueule scotchée. Le journaliste a publié un post annonçant l’arnaque derrière ce partenariat. En effet, il semblerait que la fondation Brigitte Bardot n’ait jamais eu vent de ce partenariat et, par extension, n’ait jamais touché un centime sur les ventes de la jeune femme.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

ATTENTION ARNAQUE ! Une influenceuse suivie par plus de 2 millions de personnes (@maddyburciaga) vend du maquillage de sa marque (@mlipscosmetics) en posant avec un lionceau captif et en pre?sentant cela comme un partenariat avec la @fondationbrigittebardot, pre?tendant lui reverser 25% des be?ne?fices. C’est faux ! La Fondation vient de publier un communique? (troisie?me image) indiquant qu’elle n’avait « jamais autorise? une telle exploitation de son nom et de sa réputation, pour laquelle elle n’a d’ailleurs jamais e?te? sollicite?e ou re?mune?re?e ». La Fondation, qui lutte contre la maltraitance inflige?e aux animaux, de?nonce des « alle?gations mensonge?res ». Tenter de vendre du rouge a? le?vre en utilisant abusivement un lionceau et une association de de?fense des animaux... il fallait oser !

Une publication partagée par Hugo Cle?ment (@hugoclementk) le

 

La fondation a publié un communiqué dans lequel elle stipule que cette offre promotionnelle est une « allégation mensongère » et qu’elle n’a « jamais autorisé une telle exploitation de son nom (…) ». La fondation a évoqué de potentielles poursuites envers l’ancienne candidate de télé-réalité. Affaire à suivre donc.

Maddy Burciaga, elle, n’a pour le moment fait aucune déclaration sur la polémique. 

Les Éclaireuses.