C'est un geste historique mais qui témoigne du manque d'égalité encore rampant dans le monde du football et du sport. En Irlande, les joueurs de l'équipe nationale de football ont décidé de baisser le montant de leurs primes afin que leurs collègues de l'équipe féminine puissent recevoir les mêmes.

Une égalité encore trop exceptionnelle dans le monde du football

C'est un jour à marquer d'une pierre blanche dans l'histoire du football irlandais. Pour la première fois, les primes versées aux joueurs et joueuses de l'équipe de football nationale seront parfaitement égales. Ce qui semble en théorie logique n'est en fait pas du tout pratiqué par les différentes fédérations. Et pour parvenir à un tel accord, les joueurs de l'équipe nationale irlandaise ont dû donner leur accord car c'est avec l'argent qui leur est normalement versé que les joueuses de l'équipe nationale verront le montant de leur prime augmenter.

Katie McCabe, capitaine de l'équipe de football irlandaise, a exprimé sa joie et sa fierté : "C'est un grand jour pour le football irlandais". De leur côté, les joueurs de l'équipe masculine ont réitéré leur joie de partager équitablement ces primes : "Nous sommes ravis de faire ce que nous pouvons pour faire en sorte que nos joueuses internationales soient traitées de manière égale et juste…"

 

Mais des avancées dans d'autres pays qui redonnent espoir

Si on peut féliciter cette initiative, il faut tout de même rappeler qu'elle est encore malheureusement exceptionnelle. Même si certains équipementiers s'engagent aussi à verser des primes équitables.

À travers le monde par exemple, seulement L’Angleterre, le Brésil, l’Australie, la Norvège et la Nouvelle-Zélande versent des primes et des salaires égaux. Aux États-Unis, les joueuses ont même attaqué leur fédération en justice après une prime de "seulement" 1,5 million de dollars obtenue suite à un troisième titre mondial en 2015 contre 4,5 millions pour leurs confrères qui n'avaient atteint que les huitièmes de finale du mondial au Brésil l'année précédente.

En France, ce n'est toujours pas le cas, pire même, le débat n'est pas au goût du jour.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News Bien-Être, société, evenements sportifs