Votre prochain compagnon à quatre pattes ne se trouvera pas dans une animalerie...

Lorsque vous irez dans l'animalerie de votre ville, vous ne trouverez plus d'animaux derrière des vitres attendant patiemment d'être achetés. Les associations contre la maltraitance animale se sont mobilisées pour faire une proposition de loi que les députés ont analysée, pour finalement qu'elle soit adoptée par l'Assemblée nationale. Comme la Grande-Bretagne depuis l'année dernière, la vente d'animaux de compagnie dans les commerces et en ligne sera interdite en 2024. Ainsi, la vente sera réservée aux refuges et éleveurs uniquement.

Cette décision a été motivée par le sevrage trop précoce des chiots et des chats réalisé dans les animaleries, ou encore une mauvaise intégration de l'animal au sein de la famille qui résulte à l'abandon de l'animal.

Cependant, cette loi concerne uniquement les chiens et les chats, et non pas les petits cobayes et rongeurs tels que les hamsters et les lapins

Si c'est une bonne nouvelle pour les défenseurs des droits des animaux, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie, lui, n'est pas d'accord avec ce nouvel amendement. En effet, il pense que la priorité n'est pas à l'animalerie, mais à la vente illégale d'animaux, en d'autres termes, au trafic d'animaux très présent sur le territoire français. En ce sens, il soutient que la vente en ligne aux professionnels et aux refuges doit être interdite, cependant, les dons d'animaux y resteront toutefois autorisés. C'est alors que le rapporteur général Loïc Dombreval du parti La République En Marche a souligné la difficulté que cela pourrait engendrer pour les éleveurs professionnels puisque les faux professionnels publiant des annonces sont assez répandus, de plus, les contrôles seraient difficiles à mettre en place. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

Source Photo : Damian Dovarganes Source Photo : Damian Dovarganes