Si pendant des semaines, la France a maintenu son taux de cas positifs au plus bas, depuis une semaine, les tests positifs sont en augmentation (+29% selon CovidTracker). Il n'est pour le moment pas possible de savoir si ces nouveaux cas positifs sont des personnes ayant été vaccinées ou non, cependant, l'exécutif semble être de plus en plus inquiet face à l'augmentation lente et progressive des nouveaux cas positifs. En revanche, les patients admis en réanimation sont encore en baisse, un chiffre rassurant lorsque l'on sait que le gouvernement craint une nouvelle vague épidémique, et ce, plus tôt que prévu.

Des variants qui deviennent majoritaires dans certaines régions

La circulation du variant Delta continue sur le territoire. Aujourd'hui, il est majoritaire dans 3 régions de France et le niveau de nouvelles contaminations accroît chaque jour.

Cependant, une autre mutation du virus, cette fois américaine, semble aussi inquiéter l'exécutif. Appelée variant Epsilon, il semblerait que cette nouvelle forme du virus échappe à toutes les formes d'immunité acquise, que ce soit par la vaccination ou naturellement. Pour l'heure, cette forme du virus ne semble pas encore présente sur le territoire, mais la période estivale étant propice aux voyages, il se pourrait bien que la mutation Epsilon arrive plus tôt qu'on ne pourrait le penser sur le territoire.

Allons-nous vers de nouvelles restrictions sanitaires ? 

Alors que le Président se prépare à prendre la parole en amont des festivités du 14 juillet pour annoncer de nouvelles mesures sociales, il pourrait bien profiter de cette allocution pour imposer de nouvelles restrictions aux Français qui permettraient de ralentir la progression des différents variants sur l'ensemble du territoire.

Les premières hypothèses tablent sur un renforcement des contrôles aux frontières, avec une attention toute particulière pour les touristes venant de pays dits "à risque", comme le Portugal. Il sera aussi question de la vaccination et de l'éventuelle obligation qui pourrait être appliquée aux soignants, mais pas seulement. D'autres professions comme les pompiers pourraient être concernées par cette obligation vaccinale. 

C'est ce dernier point, celui des vaccins, qui sera central dans la prise de parole du président Macron. Le ralentissement des vaccinations ainsi que la montée des mouvements antivax inquiète le gouvernement sur les éventuelles répercussions que le ralentissement des vaccinations pourrait avoir sur les hospitalisations en cas de flambée du variant Delta.

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid, News, News Bien-Être