L’impact du confinement sur les espaces naturels de Thaïlande a été si bénéfique que le ministère de l’Environnement du pays a décidé de fermer ses centaines de parcs naturels plusieurs mois par an pour préserver la nature.

« Cette mesure vise à lais­ser la nature se régé­né­rer et donner le temps aux gardes fores­tiers de s’oc­cu­per des parcs », a déclaré le ministre des Ressources natu­relles et de l’En­vi­ron­ne­ment Vara­wut Silpa-archa, inter­rogé par Bloom­berg à Bang­kok.

Si le tourisme est un élément clé de l’économie thaïlandaise, elle ne souhaite plus l’ac­cueillir au détri­ment de ses richesses natu­relles et cette pause forcée a permis de mettre en lumière une évidence : le ralentissement de l’activité humaine a entraîné un retour de la faune et une régénération de la flore que l’on attendait plus.

En effet, la Thaïlande a vu revenir des espèces rares ou en danger comme les baleines et les tortues sur ses plages mondialement connues et habituellement bondées par des hordes de touristes.

Comme pour montrer l’exemple au reste du monde, Maya Bay, la plage para­di­siaque de l’île de Phi Phi Ley rendue célèbre par le film La Plage avec Leonardo DiCaprio, restera fermée jusqu’à ce que ses écosys­tèmes se remettent des dommages causés par le tourisme de masse. Selon le ministre, les récifs coralliens de la baie pour­raient mettre plus de 40 ans avant de retrou­ver leur forme initiale.

Une initiative que l’on félicite, que l’on encourage et que l’on souhaite voir s’étendre plus largement sur le globe.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement