Entre l'achat de la poussette, du siège-auto, des accessoires de puériculture indispensables, de l'aménagement de la chambre de bébé, des couches et des vêtements, les futurs parents ont tout intérêt à prévoir un budget à l'arrivée de leur nouveau-né.

Avancer la date de versement de cette prime au septième mois de grossesse, contre deux mois après la naissance actuellement, permettrait de soutenir les parents les plus modestes en leur évitant « d’assumer seuls les dépenses pour les équipements nécessaires ».

La prime à la naissance, d'un montant de 947 euros, permettra donc aux futurs parents de faire face aux dépenses liées à la naissance d'un enfant. Cette somme est doublée si ce sont des jumeaux et atteint 2 842 euros pour des triplés.

La mesure n’est pour autant pas nouvelle, puisqu’elle avait déjà été adoptée à l’Assemblée nationale fin juin. Mais l’amendement de Monique Limon permettrait d’accélérer sa mise en œuvre « dans des délais a priori plus rapides que si la disposition est adoptée dans le cadre de la proposition de loi ».

Pour la percevoir, il faut adresser la déclaration de grossesse à la CAF ou MSA ainsi qu’à la caisse primaire d’assurance-maladie dans les quatorze premières semaines. Si c’est le médecin qui a déclaré directement la grossesse, la CAF ou la MSA contactera directement les parents. La demande est étudiée au cours du sixième mois de grossesse.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement