Ce n’est pas la première fois que l’on tire la sonnette d’alarme, mais c’est sans doute la dernière fois…

Le réchauffement climatique est en train de bouleverser de façon irréversible l’écosystème de la Grande Barrière de corail en Australie. Au cours de ces 25 dernières années, la moitié des coraux de la Grande Barrière, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, a disparu.

Les espèces de coraux les plus affectées par ce réchauffement climatique sont les plus grandes, celles en forme de table et celles à ramifications. Leur disparition a impacté le paysage esthétique des barrières de corail mais surtout elle ne permet plus aux poissons de s’y abriter. Ainsi, tout un écosystème s’effondre : moins de coraux, moins de poissons.

Les conséquences climatiques conduisent à un blanchissement des coraux dû à la hausse de la température de l’eau qui entraîne la mort du corail, soit sa décoloration. La Grande Barrière risque d'être retirée du patrimoine mondial de l’UNESCO perdant un peu plus chaque année de sa splendeur.

L’ensemble corallien s’étend sur près de 2300 km de long et génère 4 milliards de dollars de revenus pour le secteur touristique. Un tourisme conséquent qui n'améliore pas le drame écologique.

La Grande Barrière est toujours extrêmement menacée par les ruissellements agricoles, le développement économique, le réchauffement planétaire et même l’acanthaster pourpre, une étoile de mer dévoreuse de coraux. La situation ne risque pas de s’arranger demain et pour sauver ce qu’il reste de notre planète, nous devons prendre conscience de la fragilité de notre écosystème.

Les Éclaireuses 

 

 

Tags : News divertissement