Dans les années 90, il y a eu deux grands évènements : la naissance des Spice Girls et l'avènement de la technologie dans nos foyers. Si nos Anglaises préférées ont arrêté de pousser la chansonnette, la technologie, elle, a fini par se rendre essentielle. Smartphones, tablettes, frigos connectés, assistants vocaux... Difficile d'imaginer aujourd'hui notre vie sans toute cette technologie. 

Mais aussi confortable que soit cette technologie, il est impossible de nier qu'elle n'a pas un impact sur nous... Nous devenons de plus en plus dépendants de nos téléphones. Par exemple, qui retient encore des numéros de téléphone ou fait encore des calculs de tête ? Tout ça, on peut le faire avec un smartphone... Cependant, il semblerait que le plus gros impact que la technologie pourrait avoir sur nous, c'est au niveau de notre posture et de notre apparence physique. 

L'entreprise américaine Toll Free Forwarding a essayé d'imaginer à quoi pourrait bien ressembler l'humain de l'an 3000. Pour établir ce portrait-robot, l'entreprise s'est basée sur une étude menée sur 3000 personnes qui avait pour but d'évaluer et de quantifier l'impact de la dépendance technologique sur les humains. Le résultat ? Il s'appelle "Mindy" et c'est un humain de l'an 3000.

Un corps pensé pour répondre aux attentes de la technologie

Ce qui frappe en premier sur les images, c'est la modification profonde de certaines parties du corps. Les mains et les doigts semblent être faits pour tenir fermement un téléphone ou taper des mots à la vitesse de l'éclair sur un clavier. Les coudes sont impossibles à tendre à cause de l'utilisation excessive des téléphones qui force le coude à rester plié. 

Le cou, quant à lui, est plus court et courbé (tout comme le dos). Pourquoi ? Parce qu'il suit le mouvement du reste du corps, essentiellement dirigé vers les écrans. La fatigue musculaire accumulée au fil des années a donc fini par façonner un humain tout recourbé, tout tassé, recroquevillé sur son écran. Les paupières ont également de grandes chances de grandir pour protéger les yeux du soleil. 

Des répercussions au niveau cérébral

Du côté du cerveau, il y a également des chamboulements à prévoir. Notre cerveau risque de diminuer, de devenir plus petit (comme dans le film "Idiocratie"). La cause de ce déclin cérébral ? Notre confort, acquis au fil de l'évolution, qui nous pousse à moins réfléchir et à moins nous challenger au quotidien. Le cerveau, c'est finalement une sorte de gros muscle qui, s'il n'est pas stimulé, finit par perdre en puissance.

Tous ces facteurs d'évolution mis les uns à côté des autres dessinent les contours de l'humain de demain. Un humain qui ne répond pas à nos codes esthétiques et qui semble bien éloigné de l'humain des années 2000. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

© Tool Free Forwarding

 

© Tool Free Forwarding

 

© Tool Free Forwarding

 

© Tool Free Forwarding

 

 

Tags : News Bien-Être, santé, News Société