Les tâches domestiques au sein du foyer sont souvent une cause intarissable de frustration dans le couple. Car si l'écart entre l'investissement des hommes et des femmes dans le foyer a tendance à se réduire, en 2022, les femmes assurent encore (en moyenne) 10 heures de tâches ménagères supplémentaires chaque semaine par rapport aux hommes. 

Pourtant, selon une récente étude australienne, les hommes auraient tout intérêt à s'impliquer un petit peu plus dans la vie du ménage et dans les tâches domestiques. Pourquoi ? Parce qu'il semblerait qu'il n'y ait rien de plus sexy qu'un homme portant des gants Mapa en train de vigoureusement astiquer la vaisselle.

Cette étude, publiée dans le Journal Of Sex Research, montre qu'il y a un lien entre libido explosive et conjoint qui s'implique dans le ménage.

Tout n'est-il pas, finalement, qu'une question de charge mentale ? 

On y revient toujours, mais il est impossible de nier que la charge mentale (quelle qu'elle soit) a tendance à vampiriser nos quotidiens. Ainsi, plus on est occupé à penser à ce qu'il faut faire à la maison, moins nous sommes enclins à penser à des choses plus légères (comme le sexe par exemple). Selon les estimations de certains chercheurs, le manque de désir chez la femme serait directement lié à la charge mentale et ce serait près de 50 % des femmes qui connaîtraient une panne de libido de façon régulière

Cependant, l'étude australienne démontre bien qu'il y a un changement dès lors que le conjoint s'implique plus dans les tâches ménagères.

Plus il y a de l'égalité au sein du partage des tâches ménagères, plus les femmes ressentent du désir pour leur partenaire

299 femmes de 18 à 39 ans ont été sondées pour cette enquête et les résultats sont sans appel : les femmes étant dans une relation où le partage des tâches est plus égalitaire souffrent beaucoup moins de manque de désir envers leur partenaire (dans les relations hétérosexuelles). Néanmoins, attention, les résultats sont à prendre avec des pincettes, car l'échantillonnage ne semble pas assez important pour établir ce résultat comme une vérité absolue.

Par exemple, les résultats ne sont pas forcément les mêmes pour les relations homosexuelles, tout simplement parce que les relations entre personnes du même genre sont généralement considérées comme plus égalitaires et moins dépendantes des normes hétéronormées directement induites par la société patriarcale (à savoir "les femmes à la cuisine et les hommes au charbon").

Toutefois, il est impossible de nier que l'implication d'un partenaire dans la vie du foyer (encore plus s'il y a des enfants) a un impact direct sur la charge mentale des femmes et sur la pression qu'elles peuvent ressentir au quotidien.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Société/Tech