Vous en doutiez encore ? Les femmes sont des forces de la nature. Bercées par les émotions, alliant vie personnelle et combat pour l’égalité des sexes, les femmes font preuve d’un courage quotidien. Et même la science vient le confirmer !

On sait à quel point nos hommes aiment être chouchoutés, être plaints et soignés. Lorsqu'un homme est malade, c'est presque à croire que la Terre va s'arrêter de tourner. Et bien qu'il y ait peut-être un peu de comédie pour obtenir nos petits soins, il semble que les hommes soient plus sensibles à la douleur.

Une expérience étudiant la sensibilité à la douleur des femmes et des hommes

C'est une étude canadienne de la revue scientifique Current Biology qui se penche sur le problème en étudiant 41 hommes et 38 femmes âgés de 18 à 40 ans, ainsi que des souris mâles et femelles. 

Installés confortablement dans une pièce, les humains ont reçu une légère douleur par application de chaleur sur l'avant-bras et sur la patte arrière pour les souris. Pour évaluer la douleur, les sujets humains devaient la noter sur une échelle de 1 à 100 et on notait la rapidité à laquelle les souris s'éloignaient de la source de chaleur. 

Dès le lendemain, une seconde expérience a eu lieu, infligeant à nouveau une douleur. Cette fois-ci, un brassard de tensiomètre était mis aux humains et une injection de vinaigre pour les souris. 

La douleur ressentie et exprimée était plus forte chez les hommes

Tous, on subit une douleur la première fois. Mais par la suite, après la seconde séance de "torture", la douleur ressentie et exprimée était plus forte chez les hommes.  En cause, le souvenir de la souffrance, qui influerait sur la souffrance ressentie, tandis que les femmes et souris femelles ne semblaient éprouver aucun stress par rapport à leurs douleurs passées. 

Jeffrey Mogil, l'un des auteurs de l'étude, explique que : "à notre avis, les souris et les hommes anticipaient la pose du brassard ou l’injection du vinaigre, et chez les sujets mâles, ce stress d’anticipation a accru la sensibilité à la douleur. Cette étude nous autorise à penser que le souvenir de la douleur peut influer sur les sensations douloureuses. L'exploration de ce phénomène pourrait nous donner des indications utiles ".

Les hommes seraient plus sensibles ou les femmes plus courageuses ? En tout cas, ce qui est sûr, c'est que ces résultats permettent également de comprendre pourquoi une femme accepte un deuxième accouchement après les souffrances qu'elle a subies lors du premier !

Enjoy, 

Les Éclaireuses