C'est une proposition de loi pour une "égalité économique et professionnelle" entre les hommes et les femmes qui a été définitivement votée hier au Parlement.

Désormais, des quotas seront instaurés dans les grandes entreprises pour assurer aux femmes la possibilité d'obtenir des postes de direction.

Pourquoi cette loi ?

En 2011, la loi Copé-Zimmermann avait pour but d'imposer au moins 40% de femmes dans les conseils d'administration. Problème, cette loi n'a pas conduit à une augmentation du nombre de femmes aux postes dirigeants. C'est donc à ce manque que vient pallier la proposition de loi menée par la députée Marie-Pierre Rixain, présidente de la délégation aux Droits des femmes de l’Assemblée nationale.

En clair, d'ici 2027 dans toutes les entreprises de plus de 1000 salariés, au moins 40% des cadres dirigeants et des membres des instances dirigeantes devront être des femmes.

 

Quels sont les risques pour les entreprises qui ne respectent pas cette loi ?

En réalité, les entreprises auront deux ans à partir de 2030 pour se mettre aux normes, si ce n'est pas le cas alors des pénalités financières seront mises en place. Et pour s'assurer du respect de cette loi, chaque année les écarts de représentation des sexes seront publiés par les entreprises sur le site du ministère du Travail.

En plus des quotas, cette loi permet de mettre en place d'autres dispositifs appelés "objectifs de mixité" qui ont pour but de "lutter contre les biais de genre" dans les choix professionnels, mais aussi dans la vie privée grâce notamment à un accès plus simple aux crèches pour les familles monoparentales.

 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Bien-Être, société