Plusieurs femmes qui bronzaient seins nus sur une plage des Pyrénées-Orientales ont été sommées de se rhabiller jeudi dernier après avoir été approchées par des gendarmes.

Les deux gendarmes qui ont demandé à ces femmes de remettre leur haut de maillot de bain avaient été alertés par une famille à qui, a priori, cela posait un problème.

Une femme ayant assisté à la scène raconte à France 3 avoir vu les gendarmes, un homme et une femme, arpenter la plage pour demander aux unes et aux autres de remettre leur haut de maillot de bain.

« J’étais tellement choquée de ce qui se passait sous mes yeux, c’est mon âme de féministe qui a parlé, je suis allée les voir et je leur ai demandé si, pour eux, bronzer les seins nus était une atteinte à la pudeur ? », raconte cette femme. « Ils m’ont demandé de circuler et ont quitté la plage, juste après mon intervention ».

Pourtant, bronzer ou profiter de la baignade sur une plage seins nus n’est en aucun cas interdit par la loi. En effet, le topless sur une plage n'est plus aujourd'hui susceptible de constituer le délit d'exhibition sexuelle de l'article 222-32 du Code pénal compte tenu de l'évolution des mœurs concernant la liberté de la femme, sauf si un arrêté municipal est en vigueur comme à Paris-Plages par exemple, or ce n’était pas le cas sur la plage de Sainte-Marie-la-Mer près de Perpignan, là où se sont déroulés les faits. Ces femmes étaient donc tout à fait dans leur droit.

Donc si aucun panneau, stipulant un arrêté interdisant de faire du topless, n’est présent sur la plage, vous avez le droit de bronzer seins nus.

Face à la polémique et au tollé que provoque cette affaire sur les réseaux sociaux, la gendarmerie des Pyrénées-Orientales a réagi dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, où elle évoque une « action de médiation qui demeure néanmoins une maladresse ».

Elle confirme l'intervention de deux gendarmes sur la plage à la suite de la sollicitation d'une famille. « Guidés par un souci d'apaisement, les gendarmes ont demandé aux personnes concernées si elles acceptaient de couvrir leur poitrine après leur avoir expliqué le sens et l'origine de leur démarche », expose-t-elle.

Gérard Darmanin, ministre de l'Intérieur a abondé : « C’est sans fondement qu’il a été reproché à deux femmes leur tenue sur la plage. La liberté est un bien précieux. Et il est normal que l’administration reconnaisse ses erreurs ».

De son côté, la mairie de Sainte-Marie-la-Mer a tenu à réaffirmer qu'aucun arrêté municipal n'interdit la pratique du monokini sur la plage. « Le conseil municipal et son maire estiment que le fait pour une femme de bronzer les seins nus n’est en aucun cas constitutif d’une quelconque atteinte à la pudeur ou aux bonnes mœurs, ajoute-t-elle. De fait, ils n’ont jamais demandé aux forces de l’ordre d’agir dans ce cadre ».

Les Éclaireuses

Crédit photo : MAXPPP / MICHEL CLEMENTZ

 

 

Tags : poitrine, plage, News divertissement