Si, en France, toute la population n'a pas encore pu être testée face au coronavirus, il se pourrait bien que les avancées scientifiques permettent un véritable bond en avant en matière de dépistage.

En effet, l’université de Harvard ainsi que les chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) sont à l’origine d’un masque qui devient fluorescent en présence du Covid-19. Des capteurs et du matériel génétique lyophilisés sont fixés sur les masques et viennent y aspirer l’humidité présente pour l’analyser et ainsi découvrir si la personne est atteinte du virus en seulement 1 à 3 heures. Néanmoins, la fluorescence ne serait visible qu'avec un appareil spécial.

À l’origine de ce masque, Jim Collins, bio-ingénieur et professeur d’ingénierie médicale au MIT. En 2014, il avait déjà réussi à mettre en place des méthodes fiables pour dépister des maladies comme la grippe, la rougeole, l’hépatite C ou encore les virus Ebola ou Zika. Il espère aujourd’hui pouvoir l’appliquer pour le coronavirus.

Un dépistage qui serait beaucoup moins coûteux que les tests actuels, mais aussi plus fiable que certaines méthodes surtout dans le cas où les personnes ne présentent pas de symptôme. Il s’agira également d’un véritable gain de temps puisqu’il n’y aura pas besoin de plusieurs jours d’analyses en laboratoire.

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement