Ces tristes chiffres sont issus d'une enquête réalisée par l'association "Don Solidaire". Elle ne fait que mettre en lumière l'impact de la crise sanitaire sur les foyers les plus dans le besoin. Les fêtes de Noël, censées être un moment privilégié en famille, sont noircies par cette précarité grandissante sur le territoire. 

Depuis le début de la crise sanitaire, près d'un million de Français ont basculé dans la précarité. Le pays cumule aujourd'hui près de 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, des chiffres record pour un pays qui se place comme la 6e puissance économique mondiale. 

C'est dans ce délicat contexte que de nombreux parents (1/5) vont renoncer à acheter des cadeaux de Noël aux enfants cette année. Les chiffres grimpent même jusqu'à un sur trois dans les tranches les plus pauvres de la population. 

Ces chiffres sont d'autant plus alarmants, car selon l'association "Don Solidaire", les cadeaux pour les enfants sont généralement le dernier choix sur lequel les parents décident de faire des économies. Cela sous-entend que le budget familial a d'ores et déjà été diminué sur d'autres dépenses. Ce choix pèse lourd sur le moral. 41% des parents dans le besoin confessent que ce choix leur provoque une grande culpabilité et une baisse significative de confiance et d'estime. On ne connaît pas encore véritablement les nombreuses répercussions indirectes de cette crise sanitaire, mais nous pouvons déjà considérer que la baisse de moral et les répercussions psychologiques sont un des nombreux dommages collatéraux de cette situation de crise. 

Les Éclaireuses