On dirait que le gouvernement s'est lancé dans une véritable course contre la montre. L'objectif étant de vacciner un maximum de personne en un minimum de temps, pour commencer à assouplir progressivement les restrictions liées à la crise sanitaire. Alors que le couvre-feu sera avancé à 18h sur l'ensemble du territoire dès samedi, les modalités d'accès au vaccin sont en train d'évoluer. Jeudi 14 janvier, Jean Castex a déclaré vouloir ouvrir la vaccination aux personnes les plus fragiles, et ce, quel que soit leur âge. 

Un cahier des charges pathologique précis

Dès lundi, les personnes atteintes d'une des six pathologies considérées comme à très haut risque pourront se rendre dans l'un des 700 centres de vaccination du territoire pour y recevoir la première dose du vaccin anti-covid. Le but de la manœuvre étant, bien évidemment, de réduire le nombre de décès liés aux infections Covid. En effet, la majorité des patients succombant au virus sont soit des patients d'un âge très avancé, soit des patients présentant des comorbidités importantes. 

Ainsi, dès lundi, 800 000 personnes atteintes de maladies graves pourront se faire vacciner. Selon le ministre de la Santé, pourront être éligibles à la vaccination "les personnes souffrant d'insuffisance rénale sévère, celles ayant été transplantées d'un organe, les personnes sous traitement pour un cancer ou encore celles atteintes de trisomie 21". Cette liste comprend également certaines maladies rares, présentant un haut risque en cas de contamination, et les personnes atteintes de poly-pathologies chroniques ou présentant au moins deux insuffisances d'organes. L'accès à la vaccination pour les personnes de moins de 75 ans sera facile, il suffira de présenter une ordonnance établie par le médecin traitant pour y avoir droit. Pour tous ceux de plus de 75 ans, pas besoin d'ordonnance. 

Des Français de plus en plus favorables à la vaccination

Au fil des jours, la volonté de se faire vacciner grandit chez les Français. Ainsi, au dernier comptage, 56% de la population serait encline à se faire vacciner selon un sondage Odoxa-Backbone Consulting. On note une très nette progression de 14% depuis les derniers sondages. Les premières vaccinations ont eu un effet rassurant sur la population ? Aujourd'hui, près de 81% des Français considèrent que la campagne vaccinale est trop lente et la stratégie inadaptée à l'urgence de la situation. On note une volonté grandissante à se faire vacciner chez les Français les plus fragiles. À partir de 65 ans, ils sont en moyenne 70% à confirmer leur volonté d'être vaccinés. 

Une campagne vaccinale qui avance

Petit à petit, l'oiseau fait son nid. La campagne française commence à trouver son rythme. Même si nous restons bons derniers derrière nos voisins européens, près de 320 000 personnes ont d'ores et déjà été vaccinées sur le territoire (chiffres datant du 14/01) et 1 million de doses ont été reçues et sont prêtes à être administrés. L'objectif est de vacciner près d'un million de personnes au mois de janvier, un objectif atteignable selon les estimations de covid Tracker. 

Les Éclaireuses