On l'attend avec impatience ce jour où les bars, les restaurants et les lieux de nos soirées folles pourront à nouveau ouvrir. Mais à chaque fois, ce moment tant attendu semble disparaître comme un mirage.

Pourtant, il y a quelques jours, l'Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) s'est réunie afin d'élaborer un plan de réouverture concret. Finalement, les professionnels de la restauration ont remis une proposition de calendrier de réouverture au gouvernement

Un plan d'ouverture en trois phases

Lors de son allocution télévisée du 31 mars dernier, Emmanuel Macron a entrouvert une première porte sur le chemin de la réouverture des établissements de la restauration. En effet, il a annoncé une réouverture partielle (comprenez des terrasses) pour la mi-mai.

L'Umih s'est alors basée sur ces annonces pour établir un plan en trois phases de "déconfinement". Le document élaboré avance des dates précises. La première étape devrait être une réouverture des terrasses entre le 15 et le 28 mai, suivie d'une réouverture des salles des bars, brasseries et restaurants mais avec une jauge entre le 29 mai et le 11 juin. Et dernière étape, qui constituerait la fin du calvaire des restaurateurs, une réouverture pour tout le monde sans jauge à l'extérieur et en intérieur à partir du 12 juin.

Une ouverture le plus rapidement possible

Le 31 mars, le Président avait évoqué une réouverture totale d'ici l'été, ce qui, par déduction, amenait à la date du 21 juin. Mais cette fois, les professionnels du milieu entendent bien mettre toutes les chances de leur côté pour une réouverture totale rapide. Pour Frédéric Jeanjean, président de l'Umih Bouches-du-Rhône, les restaurateurs et cafetiers doivent "recommencer à travailler avant le 21 juin". "Nous sommes le seul pays où les bars et les restaurants sont fermés depuis cinq mois. Nous proposons donc une réouverture ajustable de 15 jours en 15 jours en fonction des conditions sanitaires", a-t-il ajouté samedi sur Franceinfo.

Afin de se préparer au mieux pour accueillir les futurs clients dans les meilleures conditions, les restaurateurs soulignent qu'une date de réouverture officielle annoncée trois semaines à l'avance est le strict minimum. S'adapter au protocole sanitaire encore inconnu pour le moment prend du temps, et hors de question de ne pas faire les choses dans les règles de l'art cette fois-ci. Cependant, une telle anticipation semble difficile tant les décisions sont soumises aux taux d'incidence.

Alors que nos voisins outre-Manche ont fêté hier la réouverture de leurs pubs et restaurants, toutes les têtes sont aujourd'hui tournées vers le gouvernement. Siroter un verre au soleil, c'est pour bientôt, on l'espère !

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : News, News Bien-Être