Un confinement strict, comme la première fois. C'est ce que recommande un collectif de médecins rattaché à la Fondation PandemiA qui signait cette semaine une tribune dans le quotidien Le Monde. Ainsi, ils préconisent à l'État français de faire comme les autres voisins européens pour prévenir la propagation du variant anglais. Cette version mutante du virus est la source de nombreux questionnements et pourrait être la cause d'un changement de stratégie brutal du gouvernement. 

Un pays à la merci du virus ? 

De nombreuses voix commencent à s'élever contre le gouvernement, les pros et les antis s'opposent dans un débat qui se veut de plus en plus gangréné par la perte de repères et les théories complotistes. Selon les médecins signataires, le pays n'a, une fois de plus, pas su gérer correctement le dernier déconfinement, l'absence d'anticipation de la circulation du virus n'a pas réussi à le canaliser. Si bien qu'aujourd'hui, les premières répercussions des fêtes de fin d'année commencent à se faire sentir dans les rapports de contaminations. Les cas positifs sont en hausse de 39% par rapport à la semaine dernière. Seul point encourageant, il n'y a pas eu d'augmentation de personnes admises en réanimation sur les 7 derniers jours, le pays se trouve encore sous la barre des 3000 patients (selon Covid Tracker).

Un appel massif à la vaccination

Toujours selon les médecins signataires, le vaccin s'avère être aujourd'hui la meilleure façon de lutter contre la maladie. Aujourd'hui, 56% des Français se disent prêts à se faire vacciner, un chiffre en hausse depuis le dernier sondage, fin décembre, ils n'étaient que 40% selon Santé Publique France à être enclins à la vaccination. Nous ne sommes donc pas face à un scepticisme généralisé, mais plutôt tributaires d'une campagne de vaccination qui a du mal à trouver sa vitesse de croisière. Le 12 janvier, près de 140000 personnes auraient été vaccinées selon le Ministère de la Santé, soit 0,21% de la population. 

De nombreuses pistes à l'étude

Si l'idée d'un troisième confinement est loin d'être ragoutante, l'exécutif étudie d'autres pistes alternatives pour ralentir la propagation de l'épidémie. Ont été évoquées l'éventuelle fermeture des cantines, la suspension des activités sportives et des sorties scolaires. L'objectif derrière ces mesures alternatives est d'éviter la fermeture des établissements scolaires. Les décisions à venir seront tranchées par le gouvernement lors d'un conseil d'urgence qui se tiendra mercredi 13 janvier au matin. Plus généralement, d'ici la fin de la semaine, nous devrions être fixés sur les différentes mesures à venir. 

Les Éclaireuses

 

 

Tags : covid