Alors que les chiffres concernant l'épidémie sur le territoire sont très encourageants et rassurants sur la situation sanitaire (moins de 100 personnes sont mortes du Covid dans les dernières 24 heures et les patients en réanimation sont passés sous la barre des 3000 personnes), le gouvernement a décidé d'ouvrir la vaccination aux adolescents dès le 15 juin pour maintenir la décrue de l'épidémie. 

Une vaccination sur la base du volontariat

Comme pour les adultes, la vaccination des adolescents ne sera pas obligatoire. Elle sera sur la base du volontariat et nécessitera l'accord des parents. L'autorisation des parents sera obligatoire pour la vaccination des mineurs. Sans cela, aucune vaccination ne pourra être faite.

Cette tranche d'âge sera, en priorité, vaccinée Pfizer-BioNTech. L'ajout des vaccinations adolescentes pourrait permettre à la campagne vaccinale de franchir un réel cap. Le ministre de la Santé a néanmoins rappelé que la prudence et les gestes barrière étaient encore essentiels tant que la menace n'était pas totalement écartée.

Une mesure qui fait débat

Si les esprits ont tendance à s'enflammer sur la question de la vaccination sur les adultes, c'est encore plus virulent pour les adolescents. Pour certains, l'ouverture de la vaccination aux plus jeunes n'est pas une priorité, tant que les adultes ne sont pas vaccinés en majorité. Sur ce sujet, deux camps s'affrontent et s'opposent sur de nombreuses idées. La vaccination des plus jeunes est source de méfiance en France, et ce, depuis 1994 avec la controversée vaccination contre l'hépatite B.

Les Éclaireuses.

 

 

Tags : covid, News, News Bien-Être