C'est une stratégie qui n'est pas du goût de tout le monde. Alors que tous nos voisins européens ont imposé des confinements plus ou moins stricts tout au long du mois de janvier, le gouvernement français mise sur un statu quo et semble vouloir éviter à tout prix un troisième confinement.

Les vacances d'hiver suffiront-elles à ralentir l'épidémie ? 

L'exécutif mise aujourd'hui sur les vacances d'hiver pour casser la courbe épidémique. L'absence de cours et le fait de garder les enfants à domicile devraient limiter les brassages de population et, par conséquent la circulation du virus. Ainsi, partir en vacances sera possible pour les familles qui le souhaitent, mais "la responsabilité reste dans les mains de chacun" déclarait le secrétaire d'État au tourisme au micro de BFMTV. Le gouvernement appelle donc à la responsabilité des citoyens pour continuer à appliquer les mesures barrière et avoir un comportement raisonnable pendant les vacances. 

Une mutation du variant anglais qui inquiète

Si l'inquiétude et les différents confinements européens sont venus en réponse à la circulation du variant anglais sur l'ensemble de la zone euro, il semblerait que cette version du virus ait encore évolué et qu'il se rapproche aujourd'hui d'une forme similaire au variant sud-africain ou brésilien. Le Royaume-Uni a repéré cette nouvelle variation au sud du pays et tente de contenir le virus dans une zone géographique limitée. Si cette nouvelle mutation s'avère être similaire aux autres mutations, l'efficacité des vaccins pourrait être compromise. 

Un pays à la limite du seuil de saturation

Si, pour le moment, le confinement est évité, les hôpitaux français restent sous tension avec une hausse légère des contaminations (+1% depuis une semaine), mais existante. Les réanimations quant à elles restent autour du seuil des 3000 patients sur l'ensemble du territoire. Pour le moment, la situation ne présente pas de pic épidémique sur le territoire, mais plutôt un plateau ascendant. Cela ne signifie pas pour autant que la France est à l'abri d'un nouveau rebond épidémique.

Les Éclaireuses

 

Crédits Photo : MAXPPP