Alors que les fêtes de Noël approchent à grands pas, l'angoisse monte au sein du gouvernement. Voulant éviter au maximum la création de clusters familiaux, l'exécutif encore grandement les Français à s'autoconfiner volontairement juste avant les fêtes, 25% de la population est prête à faire cet effort. 


Quant aux élèves, ils ont été encouragés à prendre des vacances anticipées pour limiter les contacts avant Noël. 

Bien que cette annonce ait sûrement fait sauter de joie les jeunes Français, une incompréhension règne chez les parents d'élèves. Même si la décision a été prise suite à l'avis du Conseil Scientifique, cette recommandation va une nouvelle fois à l'encontre de tout ce qui a été dit sur le cas des enfants face au Coronavirus. On les disait super-contaminateurs, ils sont ensuite devenus insensibles au virus, pour finalement être contraints de porter un masque, mais tout en restant en groupe dans une salle de classe. 

De plus, la surprise de cette annonce, arrivée le 15 décembre, sème une certaine panique chez les parents d'élèves qui n'ont eu que très peu de temps pour s'organiser. 


Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation, a cependant rappelé que cette mesure n'était pas une obligation, mais bien une recommandation.

Ainsi, les établissements scolaires accueilleront bien les élèves volontaires ce jeudi 17 et vendredi 18 décembre. Les vacances anticipées ont un avantage notable, elles permettront d'étaler les départs en vacances, réduisant ainsi les embouteillages et les pics d'affluence dans les gares. 

Les fêtes de Noël seront décisives pour la suite de la gestion de la crise sanitaire. L'exécutif ne souhaite prendre aucun risque inconsidéré et appelle les Français à faire preuve de jugeote et de responsabilité individuelle. Alors que de nombreux pays d'Europe ont fait le choix de reconfiner à la veille des fêtes de Noël, la France fait, pour une fois, partie des bons élèves. Espérons que cette situation perdure après les fêtes. 

Les Éclaireuses