Thank you, next ? C'est grâce à elle !

Cette experte en swipe right and left est la plus jeune entrepreneuse à introduire une société en bourse. Vous savez de qui on parle ? Préparez-vous à être épatée et inspirée.

Trentenaire ambitieuse et féministe, Whitney Wolfe Herd est celle à qui l'on doit Tinder mais surtout l'application Bumble, créée par une femme pour les femmes, enfin les hommes aussi ! Elle est l'entrepreneuse qui a réussi à transformer ses challenges en véritable succès, et à transformer le monde des rencontres amoureuses en lieu où les femmes ont le pouvoir.  

Elle a une success-story qui fait rêver et règne en maître sur le web et sur le monde du dating 3.0. Et vous vous demandez sûrement comment elle a réussi à devenir la femme la plus influente du monde de l'entrepreneuriat ? Grâce à une révolution, celle qui voulait en finir avec les codes de séduction vieillots où c'était aux hommes de faire le premier pas. 

Désormais valorisée à 14,1 milliards de dollars et cotée en bourse, Bumble n'a vraiment rien à envier à son concurrent qu'elle a aidé à fonder et qui l'a lâchement évincée. Plus jeune PDG de Wall Street, Whitney Wolfe Herd est une Girl Boss, une vraie ! 

Mais quel est son secret ? Beaucoup de détermination et surtout la force et l'audace de créer une révolution pour s'imposer et rappeler aux femmes qu'il n’y a pas que dans un jeu de séduction que les femmes peuvent et doivent prendre le contrôle. 

Maîtresse de son destin, Whitney Wolfe Herd a beaucoup à apprendre aux entrepreneuses en herbe. Retour sur la success-story de cette Girl Boss qui a conquis Wall Street. 

Enjoy,

Les Éclaireuses 

 

De Tinder à Bumble : l'experte en dating !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Whitney Wolfe Herd (@whitney)

Elle débute son ascension dans le monde du dating et de l'entrepreneuriat en 2012. Elle co-fonde avec celui qui deviendra, au cours de l'année de lancement, son compagnon, une célèbre application dont vous connaissez forcément le nom : Tinder. C'est d'ailleurs Whitney Wolfe Herd qui nomme l'application connue pour son swipe right and left. Au fil de la croissance de Tinder, où Whitney est en charge du marketing, leur amour grandit, mais en 2014, c'est la rupture. Leur séparation dégénère et la co-fondatrice quitte l'entreprise. Si les rumeurs disent que c'est sa décision, elle précise qu'elle a été poussée vers la porte de sortie. 

À son départ de Tinder, Whitney refuse de rester dans le silence et dépose une plainte pour harcèlement sexuel et discrimination contre les co-fondateurs Justin Mateen et Sean Rad. Dans sa plainte, elle dénonce les comportements inappropriés de ses ex-collègues, leurs remarques sexistes et racistes, et leurs méthodes de harcèlement. Elle révèle également la raison pour laquelle elle a été évincée : pour son ex-conjoint, être avec une femme comme co-fondatrice donne l'impression que la société est une blague et la dévalorise. 

À l'issue de sa plainte, elle remporte le procès contre Tinder et touche plus d'un million de dollars de dommages et intérêts. Et ses deux ex-associés finissent par être à leur tour poussés vers l'exit. Mais assez parlé de Tinder ! Car en 2014, Whitney Wolf Herd n'a pas dit son dernier mot au monde du dating. Elle décide d'aider les femmes à reprendre le contrôle sur leurs relations amoureuses. Contactée par la société Badoo pour lancer une nouvelle plateforme de rencontre, elle créée Bumble, la première app de rencontre où c'est au tour des femmes de faire le premier pas. Et vous voulez savoir le plus drôle dans l'histoire ?

En 2017, Match Group, qui détient Tinder, tente de racheter Bumble pour 450 millions de dollars, une offre qu'elle a fièrement refusée. 

  

Une révolution féministe 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Whitney Wolfe Herd (@whitney)

C'est dans l'espoir de créer un lieu sûr où les femmes ont le contrôle que Whitney crée Bumble. Et dans un monde où le online dating a le vent en poupe, une app comme Bumble fait du bien et nous veut du bien. L'application, qui se dit féministe, compte 54 millions d'utilisateurs mensuels selon Bloomberg et séduit pour son approche décomplexée où les femmes ont le pouvoir de décider avec qui elles voudront passer un bon moment, une nuit ou toute une vie. Et avec le confinement, l'app de rencontre a vécu une augmentation de 26% pour les messages et 3 milliards de swipes, rien que ça. 

Mais si Bumble a tant de succès, c'est pour le message qu'elle véhicule et en lequel Whitney croit ! Non, permettre aux femmes de contacter en premier la personne avec qui elle a matché n'a rien d'un simple petit gadget, c'est un enjeu inspirant qui cache un tout autre message. Et elle n'hésite pas à le rappeler lors de son intronisation à Wall Street : "L'importance pour une femme de faire le premier pas n'est pas exclusive au monde des rencontres, c'est un changement puissant, donnant aux femmes confiance et contrôle". Et son engagement pour les femmes est indéniable, il n'y a qu'à voir sa page Instagram où les soutiens aux femmes entrepreneuses et inspirantes se multiplient aux côtés des dernières opérations de communication de Bumble. Mais son engagement se ressent jusque dans les couloirs de Bumble, avec une majorité de femmes pour piloter l'app. 

Vous l'aurez compris, Whitney Wolfe Herd n'est pas une simple entrepreneuse qui s'affiche en couverture de Forbes et se hisse dans le classement des 30 personnes de moins de 30 ans les plus influentes. C'est une Girl Boss engagée, une vraie. 

 

Une entrée en Bourse qui confirme son succès 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Whitney Wolfe Herd (@whitney)

Si le succès rapide de Bumble fait des envieux et attire le regard de Match Group, comme on vous le disait plus haut, Whitney refuse l'offre de rachat en déclarant en 2018 : "nous avons swipé à gauche sur vos multiples tentatives de nous racheter, de nous copier et maintenant de nous intimider. Nous ne serons jamais à vous." Selon Forbes, Whitney serait même en phase de devenir milliardaire avec un patrimoine qui s'élève à 575 millions de dollars. Un seul mot : WOW !

Vous voulez d'autres chiffres ? Si Bumble est l'app la plus génératrice de revenus après Tinder, elle n'a pas grand-chose à envier à la première app que Whitney a co-fondée. En effet, son chiffre d'affaires s'élève à 376 millions de dollars. Eh oui, ça fait rêver. 

C'est donc le 15 janvier dernier que Whitney dépose publiquement ses documents d'entrée en bourse et fait son entrée à Wall Street sur les bases d'une valorisation de près de 8,2 milliards de dollars. Vous êtes bouche bée ? Attendez, car si le prix d'introduction Bumble Holdings avait été fixé à 43 dollars l'unité, l'action a rapidement fait un bond à 76 dollars dès les premières minutes. Elle a ainsi levé 2,2 milliards de dollars auprès des investisseurs. Et si son entrée au Nasdaq fait autant de bruit, ce n'est pas uniquement pour le succès de l'app de rencontre mais bien la signification derrière cette grande ascension.

Dans un monde où les femmes sont à manquer à la tête des grandes entreprises, et où les financements sont rares pour les entreprises fondées par des femmes, Whitney Wolfe Herd inspire et rejoint le palmarès des 21 femmes fondatrices qui l'ont précédée à Wall Street. 

 

Une application engagée 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Whitney Wolfe Herd (@whitney)

 
Et si l'année 2020 a été compliquée pour Bumble, l'app de rencontre n'a pas dit son dernier mot. Toujours engagée pour les femmes, elle a récemment lancé une campagne pour bannir le body shaming de sa plateforme. Rappelons que l'app de dating a été fondée autour de la bienveillance, le respect et surtout l'égalité. Alors, forcément, elle pratique une politique tolérance zéro pour la haine, l'intimidation et les agressions. 

Ainsi, l'application a mis à jour ses conditions d'utilisation pour interdire de manière explicite les commentaires désobligeants et non sollicités sur l'apparence, la taille, le poids ou la santé d'une personne, et interdit les commentaires grossophobes, racistes, coloristes, homophobes, insultants et transphobes. Alors, elle prouve une nouvelle fois qu'elle est un lieu sûr pour les femmes. 

 

 
 
 
 
 
 

 

Tags : C'est qui la Boss ?