Ce mardi 30 novembre, les députés ont voté l'extension du délai légal pour pratiquer une IVG. À l'origine fixé à 12 semaines, il est désormais de 14 semaines, ce vote intervient dans le cadre d'une proposition de loi visant à renforcer le droit à l'avortement.

Une avancée importante pour le droit des femmes

Porté par la député Albane Gaillot le texte avait été rejeté par le Sénat en octobre 2020 et il est toujours incertain qu'il soit définitivement adopté sous l'actuelle législature. Le ministre de la Santé Olivier Véran, s’était toutefois dit favorable à titre personnel à cette extension du délai légal.

Aussi, le délai de 48 heures entre l’entretien psycho-social et le recueil du consentement à une IVG a aussi été rendu optionnel ainsi l’extension de la compétence des sages‑femmes, déjà autorisées à pratiquer des IVG médicamenteuses, aux IVG par voie chirurgicale.

 

 

Mais un chemin encore long à parcourir

Cependant la bataille n'est pas finie puisqu'il reste encore aux députés l'examen d'une autre disposition controversée de la proposition de loi: la transformation de la double clause de conscience dont peuvent se prévaloir les médecins pour refuser de pratiquer un avortement.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : grossesse, société