Chaque année, trop d'animaux domestiques sont encore abandonnés par des maîtres irresponsables. On estime que 100 000 animaux sont abandonnés, plus ou moins sauvagement, tous les ans. Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation a fait le choix de faire de la question des abandons une priorité pour son ministère. Ainsi, Julien Denormandie déclarait qu'il était essentiel de "sensibiliser, accompagner et sanctionner" les personnes qui font preuve d'inhumanité. 

Ainsi, afin de lutter contre les adoptions abusives et autres achats impulsifs en animalerie, l'idée de mettre en place un "certificat de sensibilisation" a été évoquée par le ministère. 

Ce certificat devra être signé par les adoptants avant l'achat d'un animal. Le document rappellera les fondamentaux : les soins obligatoires, les vaccinations et les différents coûts liés à l'adoption d'un animal. L'objectif est de faire prendre conscience des responsabilités liées à la possession d'un animal et que l'adoption n'est pas un acte à prendre à la légère. En parallèle, le ministère de l'Agriculture souhaite distribuer des fascicules dans les écoles primaires pour sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge. 

L'ensemble des mesures ont pour but d'encadrer la vente des animaux et de prioriser la protection animale.

Une charte d'engagement a également été conclue avec Leboncoin pour réguler les ventes sur Internet. Les annonces concernant les chiens et les chats devront comporter des informations complémentaires pour permettre le traçage et l'encadrement des animaux. Pour le moment, c'est la seule market place concernée par la charte.

Enfin, le ministère a annoncé la création d'un observatoire national de la protection animale. Le gouvernement étudie également la création d'un fonds pour la médecine vétérinaire solidaire, afin d'aider financièrement les propriétaires d'animaux dans le besoin. L'ensemble de ces mesures sont une grande avancée pour la cause animale. Pour aller plus loin, une loi sur le bien-être animal sera soumise et discutée dès le 26 janvier 2021, affaire à suivre donc. 

Quid des animaleries et des ventes d'animaux en ligne ? Pour le moment, aucune interdiction à l'horizon, au grand désespoir des associations comme la Fondation Brigitte Bardot. 

Les Éclaireuses