Depuis le 1er août, plus d’une dizaine de chevaux et un veau ont subi des actes de barbaries entre la Sarthe, le Jura et les Deux-Sèvres.

En effet, les mutilations se poursuivent et le mode opératoire reste le même : oreille droite coupée et lacérations sur les appareils génitaux.

Le parquet a ouvert une enquête pour chaque cas et un appel à témoin a été lancé pour pouvoir mettre à terme à ces attaques.

« J’appelle toute personne susceptible de fournir des informations sur des faits s'étant déroulés dans le département et pouvant permettre de mettre un terme à ces actes barbares (...) à apporter leur témoignage à la gendarmerie en appelant le 0800 00 47 12 », a indiqué dans un communiqué le procureur de la République, Lionel Pascal.

« J’invite les propriétaires et gardiens de chevaux à une grande vigilance et à procéder à un examen régulier de leurs chevaux, ceux-ci ayant pu être victimes de tentatives d'agression qui n'auront laissé que de faibles traces », a-t-il ajouté.

La Fédération française d'équitation a par ailleurs annoncé la semaine dernière qu'elle se portait partie civile aux côtés des propriétaires de chevaux, poneys et ânes qui ont été tués ou mutilés ces derniers mois.

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement