Trop de femmes aux postes de direction, c'est le reproche fait par l'État à l'équipe de la maire socialiste Anne Hidalgo, accompagné d'une jolie amende de 90 000 euros. 

En 2018, la Ville de Paris a effectué 16 nominations de directeurs et sous-directeurs dans de nouveaux emplois, bénéficiant à 11 femmes et seulement 5 hommes, soit un taux de nominations féminines de 69 %. 

La ville de Paris a donc été sanctionnée pour ses efforts de rééquilibrage du pouvoir entre les genres. Après des années où ces postes n'étaient occupés majoritairement que par des hommes, il s'agit depuis peu d'une faute grave. La loi Sauvadet du 12 mars 2012 prévoit une pénalité forfaitaire de 90 000 euros pour les grandes villes qui ne respectent pas l’obligation de prévoir, dans les nominations, "au moins 40 % de personnes de chaque sexe".

Anne Hidalgo multiplie les efforts pour la diversité femmes-hommes dans les métiers de la ville, notamment ceux qui sont généralement occupés par des hommes, comme les ingénieurs (40 % des femmes) et les éboueurs (5 %). De plus, au sein des fonctionnaires de la ville, les femmes touchent encore 6 % de moins que leurs collègues masculins.

Indignée par cette décision selon elle absurde, la maire de Paris a déclaré avec ironie : "Je vais me réjouir aujourd’hui que nous ayons été condamnés à une amende". Elle affirme également qu'elle ira elle-même déposer le chèque "avec (ses) adjointes, (ses) directrices et l’ensemble des femmes du secrétariat général". 

Enjoy, 

Les Éclaireuses