C'est la fin d'une époque (et il était temps !), le Parc Astérix a annoncé qu'il fermait définitivement les portes du théâtre de Poséidon. Le lieu accueillait jusqu'alors les spectacles aquatiques. Depuis avril 1989, otaries, dauphins et orques ont présenté des spectacles pour épater les visiteurs. Dès la réouverture du Parc, le 3 avril 2021, cette attraction d'un autre temps aura disparu. 

Une belle avancée pour la cause animale

C'est une nouvelle qui va ravir les fervents protecteurs de la cause animale. Depuis des années, les différentes associations et ONG demandent la fermeture de ces attractions qui exploitent les animaux aquatiques. Ils réclament également la fin de la captivité de ces animaux dans les parcs. De nombreuses études ont prouvé que la vie dans un bassin n'avait rien d'épanouissant pour ces mammifères marins, pires encore, il a été prouvé que les animaux vivaient beaucoup moins longtemps et que l'enfermement dans les bassins provoquait des troubles de comportement. 

Une décision tardive mais nécessaire

La fermeture du delphinarium aurait trainé, car les gestionnaires du parc cherchaient la bonne façon de traiter le problème et ont discuté avec de nombreux spécialistes pour trouver la meilleure solution pour la "retraite" des 8 dauphines et 5 otaries. Finalement, ils seront déplacés dans un autre delphinarium élaboré par l'Association Européenne des Mammifères Aquatiques, ils couleront des jours heureux loin de la scène et des applaudissements des spectateurs. Une réintroduction en milieu sauvage est malheureusement impossible pour ces animaux nés en captivité. Cette décision, portée par le Parc Astérix, devrait être suivie par de nombreux autres parcs d'Europe, l'objectif étant qu'à terme, il n'y est plus aucun spectacle aquatique sur les différents territoires. Le Parc Astérix remplacera les animaux par les humains, hors de question de délaisser le superbe théâtre aquatique, ce sont donc des artistes qui sauteront dans les cerceaux et plus des dauphins. 

Les Éclaireuses

 

Crédits photo : Olivier Boitet