"Cette histoire, elle vient du cœur."

Depuis quelques semaines, pour limiter la propagation du coronavirus, le port du masque fait désormais partie de notre quotidien. Une mesure essentielle pour se protéger mais qui entraîne parfois aussi quelques difficultés.

C’est le cas pour les personnes sourdes et malentendantes. Face à des personnes masquées, ces dernières perdent malheureusement la vision de la bouche, un de leurs outils de compréhension le plus précieux.

Ainsi, pour lutter contre ce problème, des couturières fabriquent des masques transparents. Une idée qui est née de la rencontre entre des bénévoles installés à Brest. En effet, depuis plusieurs semaines, Rozenn Fichou et Mary Gourhant s’attellent à la fabrication de masques avec leur association « Masques à rade ». Lorsqu'une de leur machine finit par ne plus fonctionner, Lauren, salariée chez l’Urapeda, choisit de prêter la sienne. C’est à ce moment-là que l’interprète en langue des signes évoque la difficulté d’exercer son métier en raison des masques qui occultent le visage.

Un message qui a tout de suite interpellé les deux femmes. « J’y ai passé un temps fou. J’ai récupéré une visière cassée et j’ai réfléchi. J’ai testé plus de 70 modèles, je me réveillais la nuit en y pensant. Mais je suis tellement fière qu’on ait pu faire quelque chose qui soit aussi utile », a déclaré Mary Gourhant.

Depuis l’invention de leur marque intitulée « Marozz » (contraction de leurs deux prénoms) et de sa médiatisation, les deux femmes sont sollicitées par des demandes venues de la France entière.  

Elles souhaitent que leur masque puisse être produit à grande échelle pour aider tous ceux qui en ont besoin.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

Tags : News divertissement