Une récente enquête IFOP pour Love Advisor - une plateforme de rencontre - lève le voile sur la façon dont les Françaises abordent la séduction et la drague. Il semblerait que les femmes de 2021 soient tiraillées entre les anciens dogmes et les nouveaux. Entre la culture de la galanterie et l'empowerment féminin. Mais, sous couvert de sexisme bienveillant, doit-on toujours accepter ces vieilles habitudes ? La question reste entière. Quoi qu'il en soit, l'étude révèle de nombreuses choses sur les comportements féminins dans les schémas de séduction

 

Les femmes françaises attendent encore que l'homme fasse le premier pas

Pour 9 femmes sur 10, il est préférable que l'homme fasse le premier pas. Pour 90% des plus de 50 ans, c'est même une évidence, chez les moins de 30 ans, elles sont 84% à penser que cela est essentiel. Plusieurs raisons viennent soutenir cette réponse. Si, dans l'absolu, 77% des femmes trouvent qu'il est tout à fait normal qu'une femme fasse le premier pas (elles sont même 64% à l'avoir déjà fait), il plane encore sur la gent féminine de vieilles habitudes et des peurs ancrées. 34% des sondées avouent ne jamais avoir fait le premier pas par peur de passer pour une "fille facile". Pour 49% d'entre elles, leur réticence à draguer vient d'un manque de confiance en soi.

Il faut donc noter deux choses. La première, c'est que la question de la perception reste essentielle. Malgré les discours libérateurs et déculpabilisants sur la liberté des femmes à faire ce qu'elles veulent, il reste toujours une part de réalité bien solide qui rappelle que, malgré toute la bonne volonté du monde, la peur de passer pour "une fille facile" est toujours bien présente.

 

 

Où les femmes draguent-elles ?

À l'ère du "tout au numérique", il est évident que les sites et/ou applications de rencontre (type Bumble ou Tinder) rencontrent un franc succès auprès d'une majeure partie de la population. 24% des femmes admettent avoir déjà utilisé une plateforme de rencontre et dragué dessus. La drague passe aussi par des applications qui ne sont pas spécifiquement dédiées à ça. Que ce soit par Facebook, Instagram ou autres, 20% des femmes ont déjà utilisé ces canaux de communication pour draguer. Heureusement, même si le digital prend de plus en plus de place, une petite majorité (entre "0 et 40%) avoue toujours draguer dans la vraie vie.

 

 

Qu'en est-il de la galanterie ?

Pour ce qui est de la galanterie, une habitude que le monde entier nous jalouse, le sujet semble plus clivant. Les chiffres montrent que nous sommes encore très attachées à ces habitudes chevaleresques. 2 femmes sur 3 trouvent cela tout à fait normal qu'un homme leur tienne la porte (les moins de 30 ans, sont convaincues à 43%). On reste donc largement sur une majorité qui apprécie les actes de galanterie. Pour ce qui est de la question de l'addition, 51% des femmes considèrent que c'est à l'homme de payer l'addition lors du premier rendez-vous. Encore une fois, cette affirmation tend à changer lorsque l'on est face à des sondées plus jeunes : seuls 40% des moins de 30 ans pensent qu'il est essentiel que l'homme paye lors du premier rendez-vous et pour 56% d'entre elles, il n'y a aucun mal à ce que la femme paye l'intégralité de l'addition lors du premier rendez-vous. 

Petit à petit, on voit une fracture naître entre les générations. La génération Y semble être encore bien attachée aux anciennes habitudes, très normées, alors que les millénials et toutes les générations d'après semblent être plus concernés par les questions d'égalité et de parité, même dans le cadre de la séduction. Il serait intéressant de mener à nouveau cette enquête dans les années à venir pour voir comment les nouveaux courants de pensée façonnent une nouvelle image de la drague et des relations entre les individus.

 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

 

Tags : couple, News, News Bien-Être, société