Nos histoires d’amour, au-delà d’être le fruit de notre désir ou du hasard, sont également influencées par des croyances qui nous empêchent de vivre pleinement l’instant présent.

En effet, de nombreux discours vantent la relation idéale avec un grand "I" faisant de celle-ci un véritable moteur de vie. Si ces mythes peuvent avoir des effets positifs, ils peuvent tout autant nous compliquer la tâche.

Il est donc important de les comprendre pour mieux les appréhender et ainsi les utiliser à bon escient. Et on va vous y aider !

Voici 5 mythes qui nous compliquent la vie en amour.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Le mythe de la bonne personne

-

Avec tous les contes de fées qui ont bercé notre enfance, on pense (parfois à tort) que quelqu’un parfaitement fait pour nous nous attend quelque part. Si ce mythe prend une dimension positive pour son aspect dynamique de la recherche de l’amour, il peut, dans le même temps, nous bloquer en nous poussant à rechercher sans relâche un être qui n’existe pas ou ne correspondrait pas trait pour trait à ce que l’on s’est imaginé, nous privant ainsi de rencontres qui pourraient être tout aussi bonnes pour nous.

 

2. Le mythe du bon ou du mauvais timing

-

On entend souvent, après une rupture amoureuse, que ce n’est pas le bon timing pour s’ouvrir à une nouvelle rencontre. De cette manière, on se cloisonne entre deux timings : le bon, celui qui serait propice à une fin heureuse et le mauvais, celui qui serait voué à l’échec. Cela laisse donc penser que la réussite ou l’échec d’une relation amoureuse tiendraient à des éléments extérieurs à soi et au couple, alors que c’est l’individu en tant que tel qui dispose, ou non, à un moment donné de sa vie, de la capacité à s’ouvrir, à ressentir et à choisir ce qui peut être bon pour lui.

 

3. Le mythe de la fusion

-

Dans une société où nous pouvons nous sentir plus seules et plus vides que jamais, ce mythe répondrait à un besoin d’être « complétées » par quelqu’un qui ne nous quitterait jamais, nous apportant ainsi un sentiment de sécurité inébranlable. On serait donc constamment à la recherche d’une fusion totale égale à celle des débuts de relations, ces moments où le coup de foudre a frappé. Mais avec cette idée, on renonce à une fatalité : celle qu’à un moment donné le soufflé doit retomber. Pour les personnes qui ne cherchent que la "fusion" des débuts, cela peut s'avérer être une quête sans fin. Il est donc important d’apprendre à apprivoiser cette nouvelle forme de relation, qui n’en est pas moins belle.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Le mythe de l’amour miroir

-

À l’heure où les applications de rencontre sont reines et où chaque potentielle rencontre est calculée au millimètre, à coups de critères de sélection, on prend le risque de se lancer dans une quête de l’âme sœur que l’on a trop souvent tendance à considérer comme une âme jumelle. La ressemblance devient alors une forme de refuge. Pour éviter que ce refuge se transforme en piège, il faut considérer que l’on a le droit d’être à la recherche du « même » en s’intéressant à lui en profondeur, sans se fermer aux personnes qui au premier abord ne nous ressemblent pas, car il faut prendre en considération qu’elles pourraient alimenter chez nous la curiosité et faire naître le désir.

 

5. Le mythe de l’amour comme outil de développement personnel

-

Dans notre culture où la performance et l’individualisme ont tendance à primer et où il est essentiel de bien se connaître pour s’aimer et ensuite aimer l’autre, on risque finalement de s’y perdre. Même s’il est important de faire le point sur les expériences passées pour en tirer des leçons qui nous permettront de nouer une relation amoureuse saine et pérenne, rien ne nous oblige à attendre de nous connaître par cœur pour nous lancer, surtout qu’il est important de ne pas oublier que l’on évolue et que « se connaître » est alors le travail de toute une vie.