Zzzzzzzzzz....

C'est le matin, vous n'êtes pas encore bien réveillée ou vous avez mal dormi. Ça arrive. Et puis, le matin, c'est dur pour tout le monde. So-li-da-ri-té ! 

Mais s'il y a bien un moment de la journée où c'est encore pire, c'est bien le début d'après-midi. Vous savez, ce moment où après avoir gobé un cheeseburger ou un plat de traiteur, vous sentez vos yeux partir dans des sens opposés, votre corps s'affaisser et vos paupières trembloter. Elles sont lourdes, oui, vos paupières sont louuuuuuuurdes.

Et si vous étiez chez vous, vous n'hésiteriez pas une seule seconde à sauter sur votre canapé pour faire la plus grosse sieste de l'histoire de la sieste... chaque jour ! 

Malheureusement pour vous, vous êtes au boulot et votre patron ne vous quitte pas des yeux. Vous avez déjà essayé quelques feintes en cachant votre regard, votre main posée sur votre front, ou en tentant de vous placer de façon à ce qu'il ne puisse plus vous voir. Ça aurait pu encore passer si vous ne ronfliez pas comme une véritable locomotive. Bref, vous êtes foutue ! 

Regard accusateur et réflexion déguisée vous souhaitant de meilleures nuits de sommeil, vous voilà toute penaude sans aucune répartie ou argumentation. 

Eh bien, cette situation est désormais révolue car il a été prouvé scientifiquement que votre coup de barre d'après-midi était complètement dicté par votre corps et non par votre rythme de vie. Victoire ? 

En réalité, l'explication est plutôt simple : votre sommeil est dicté par un rythme dit circadien (connu sous le nom d'horloge interne) mais aussi l'homeosthasie du sommeil. Oui, c'est vrai, on vous avait dit "simple".

Traduction : ce système interne régule les processus physiologiques et comportementaux. Ils régulent la température de votre corps, votre taux de production d'hormones et par conséquent, l'envie qu'il exprime de faire un petit somme. 

Votre métabolisme se présente alors comme une balance : pendant que votre vigilance et votre concentration diminuent, votre besoin de dormir augmente considérablement. Il a été aussi démontré que cette réaction corporelle surgissait 12h après le moment de sommeil le plus profond. Partant du principe que votre envie de "siester" déboule vers 14h/15h, cela nous ramène au milieu de votre nuit (2h ou 3h du matin). Ajouté à tout ce bric à brac, le processus de digestion et vous voilà finie ! 

Vous n'y pouvez rien, c'est votre système interne et votre corps qui prennent le contrôle. Vous n'êtes qu'une victime et vous luttez pour assurer votre job comme une employée modèle. Voilà de quoi clouer votre patron lorsqu'il vous priera à nouveau de vous coucher plus tôt ! 

Où vous pouvez aussi postuler en Espagne, où le régime sieste avant reprise du boulot a déjà été instauré depuis un petit bout de temps ! 

Des visionnaires ces Espagnols....!

Enjoy, 

Les Éclaireuses

 

Source : Giphy

 

Photo de couverture : ©Kilker