Les stars dictent et, aussi bête et méchant que cela puisse paraître, nous suivons. C'est ainsi.

Ce sont les personnes influentes qui nous poussent à nous intéresser, aimer, consommer, adopter, puis porter. Et ce, malgré nous. Remettre des jeans taille basse ? "Jamais de la vie !"... Jusqu'à ce qu'une chanteuse décide d'être nostalgique de son enfance, et du style vestimentaire qui va avec.

Et en ce moment, c'est à croire que les stars n'ont plus envie de rien. Après être passées par diverses phases toutes plus farfelues, riches en couleurs, extravagantes les unes que les autres, elles semblent être en train de faire machine arrière. Fini les artifices en tous genres : on efface les ardoises, et on se remet au vert... La tendance est au naturel.

Enjoy,

Les Éclaireuses

L'ère du body positive

Depuis quelques années - et merci, ENFIN ! -, la tendance n'est plus aux courbes parfaites croisées sur nos feeds Instagram et TikTok et enviées à souhait. Le temps du "body goal" ou encore de la maigreur absolue est révolu. Oui, depuis quelques années, formes ou pas, on s'aime et on s'assume. La perfection n'est plus inaccessible : elle est réalité, et surtout diversité. Toutes les beautés sont bonnes à prendre et à porter.

Ce vent de décomplexion totale, comme toute mode, il a été insufflé par des célébrités, des it girls, des influenceuses, des mannequins dont les voix font écho aux quatre coins de la planète. À commencer par Ashley Graham, l'un des premiers top model "plus-size" à s'être battue pour obtenir sa place en couverture des plus grands magazines - de Vogue à ELLE, en passant par Harper's Bazaar - et véritable figure du body positivisme. "Beaucoup de femmes à qui je parle ont des problèmes d'image, des problèmes avec leurs corps liés à leur confiance en elles. Je veux qu'elles comprennent que nous avons toutes des choses que la société nous a dit de dissimuler, mais pourquoi devrions-nous faire ça ? Alors me voilà avec mes vergetures et j'en suis fière !" a-t-elle déclaré dans une interview donnée à People, en juillet 2020.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par A S H L E Y G R A H A M (@ashleygraham)

C'est grâce à son combat, et celui d'autres mannequins grande taille, qu'aujourd'hui les marques de mode ne se cantonnent plus à un profil, un type de corps prédéfini pour animer leurs défilés. Certaines en font leur image de marque, comme l'enseigne de lingerie inclusive de Rihanna, Savage x Fenty. D'autres y vont beaucoup plus doucement, mais tout de même sûrement, comme Chanel, en choisissant de présenter sa dernière collection sur Jill Kortleve, mannequin taille 40 - une première !

Être en paix avec son corps, c'est aussi décider de sa pilosité. Se raser ? Oui, mais pas pour faire plaisir, seulement si l'on en a envie ! C'est le message qu'essaie de faire passer Angèle dans son clip Balance ton quoi, en affichant fièrement ses poils sous les bras. La chanteuse n'a évidemment rien inventé : ce mouvement, il tourne sur les réseaux sociaux et plateaux télévisés depuis quelque temps - inutile de citer la boule à 0 de Britney Spears. De la tête aux pieds, on ne crie plus qu'un mot : liberté.

Nude is the new black

En partant de la tête, oui. Et de la manière dont nous aimons l'arranger, la décorer, la coiffer. Car si la mode n'est plus qu'"une", la beauté, elle, se veut de plus en plus naturelle. On pense à toutes les nouveautés make-up qui se sont emparées de nos visages ces dernières années. Les enseignes se multiplient, les gammes aussi. On n'a jamais vu autant de possibilités s'ouvrir à nos palettes, nos pommettes et nos lèvres qu'aujourd'hui. Pourtant, on ne voit plus que par une seule et même teinte : le nude. On le porte la journée comme en soirée. On aime sa discrétion, le fait qu'il nous offre la sensation d'être parée sans nous camoufler.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par GIVENCHY (@givenchy)

De cette couleur découlent de multiples tendances, ayant toutes pour ambition de nous mettre en valeur sans jouer sur des artifices. Le "clean look", par exemple, repose sur le fait de souligner nos traits avec une coiffure tirée et un teint lumineux. Avec le "brow lamination", on assume fièrement nos sourcils en pagaille en les fixant avec du gel dédié. Pendant qu'avec le "bleached brows", on s'en passe : on les dissimule sous une couche d'anticernes ou de fond de teint. De Kendall Jenner à Bella Hadid, en passant par, dernièrement, Lena Mahfouf pour Halloween, elles n'en ont plus besoin pour se sentir belles. Moins il y en a, mieux c'est.

On enlève tout !

Derrière cette dictature de la trend, vastement diffusée par les réseaux sociaux, se cachent donc des personnalités influentes. Et au centre de cet incroyable écosystème en constant mouvement se trouvent... Les sœurs Kardashian-Jenner. Nul besoin de le préciser : outre la papesse de la mode, Anna Wintour, ce sont aujourd'hui les membres de cette famille recomposée - dont la vie réunit des millions de téléspectateurs toutes les semaines - qui lance et décide de ce qui est en vogue, ou pas.

En ayant eu recours à la chirurgie esthétique à plusieurs reprises - ce qui n'est pas totalement assumé, selon le New York Post -, elles ont ainsi donné le la. Stars de téléréalité comme Nabilla, chanteuses comme Cardi B, nombreuses sont celles qui se sont laissé tenter et ont fini par passer sous le bistouri. Visage, poitrine, fesses... Tout est bon à prendre pour leur ressembler. 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Kim Kardashian (@kimkardashian)

Mais comme toute mode, elle a fini par se démoder. Il y a quelques mois de cela, on découvrait, avec beaucoup de surprise, la nouvelle apparence de Kim et Khloé. Toujours une taille de guêpe, mais des fesses beaucoup moins volumineuses. Le tout, déposé sur un corps très mince... Si ce n'est maigre. Résultat pas seulement obtenu, comme nous le pensions à l'époque, pour rentrer dans la robe de Marilyn, puisque des mois après le MET Gala, les photos parlent d'elles-mêmes : sur la balance, rien ne semble bouger. "Bien qu'elles n'aient jamais confirmé qu'elles avaient subi une chirurgie esthétique pour obtenir un corps exagérément courbé, la théorie des fans est que désormais, elles se sont fait retirer les implants de leurs fesses", explique très clairement L'Officiel. Du naturel, donc. Jusqu'au bout des orteils. Jusqu'à la prochaine saison. Jusqu'à ce que les Kardashian aient une nouvelle passion.

 

 

Tags : société, body, News Société