"Chéri(e), on regarde quoi ce soir ?" 

Après des heures de disputes, car ni l'un ni l'autre ne sait quoi faire à dîner, dès le moment où il est l'heure de se relaxer, la discorde est d'autant plus grande aussitôt la télécommande dans les mains et la TV prête à être allumée. 

Allez, pas de raison de faire écran à part. On a zappé sur toutes les chaînes, feuilleté tous les programmes TV et admiré toutes les nouveautés de nos sites de streaming préférés, pour vous présenter la série du moment : The End of the F***ing World.

Bon, la première saison est sortie l'année dernière, mais pour celles qui ne l'auraient pas vu, il va falloir s'y mettre puisque la saison 2 vient de sortir sur Netflix. C'est déjà une bonne raison de regarder !

C'est une pépite de l'humour noir, alors si vous n'êtes pas fan, redirigez-vous vers une autre série. C'est l'histoire un peu loufoque de James qui, dès les premières minutes, dit qu'il pense être un psychopathe et collectionne les cadavres d'animaux... Il rencontre Alyssa et voit en elle sa prochaine victime. Sauf que les deux se rapprochent et prennent la fuite ensemble pour vivre une histoire d'amour étrange. C'est une sorte d'ode aux inadaptés sociaux.

Sans plus attendre, voici 5 bonnes raisons de binge-watcher les saisons 1 et 2 de la série "The End of the F***ing world" sur Netflix. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Parce que c'est nouveau

via GIPHY-

C'est un mélange de genres qui crée du nouveau, et on adore. C'est une comédie dramatique sur le mal-être adolescent et l’impossible communication entre les générations tournée à la sauce anglaise. Ce qui fait marcher la série c'est l'humour noir très bien travaillé qui crée cette atmosphère glauque.

C'est aussi une manière de radiographier un pays en pleine dépression où il ne reste plus grand-chose à sauver. Vous l'aurez compris, ce n'est pas la série qui vous fera mourir de rire.

 

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

2. C'est rapide à regarder

via GIPHY-

La série offre un rythme effréné dans 8 épisodes de 20-25 minutes, parfaits pour nous faire plonger dans l'univers dark de la première saison et nous rendre accros. Mais ce n'est pas parce que les épisodes sont courts que c'est facile à regarder, au contraire.

Il y a quand même des scènes violentes (meurtre, tentative de viol...), donc mieux vaut vous préparer mentalement avant de lancer la série sur Netflix.

 
3. Le casting est très bien choisi

via GIPHY-

On adore l'accent british des acteurs ! James, le soi-disant psychopathe, est interprété par Alex Lawther qu'on a aperçu dans la saison 3 de Black Mirror. Il est accompagné à l'écran par Alyssa, incarnée par Jessica Barden, l'adolescente passablement suicidaire qui veut tout faire pour quitter sa routine. Ce duo à la Bonnie & Clyde est excellent, les deux jeunes acteurs ont su jouer avec brio deux rôles compliqués. 

 
4. La saison 2 vient de sortir

via GIPHY-

La saison 2 n'a rien à voir avec la première saison, qui était centrée autour de deux adolescents en fuite. Dans cette deuxième saison, ils ont pris en maturité, ils ont arrêté de fuir et doivent faire face à leurs traumatismes tout en étant recherchés par un nouveau personnage : Bonnie, interprétée par l'excellente Naomi Ackie.

Ainsi, ce n'est plus une fuite énergétique, mais plus une balade réfléchie, qui retire cet aspect déjanté de la première saison pour nous plonger dans un récit mature et une dynamique plus sage. Les personnages sont toujours aussi touchants et l'ambiance de la série est toujours impeccable.

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

5. On espère qu'il n'y aura pas de saison 3

via GIPHY-

On aurait pu se passer de cette suite, même si elle fait beaucoup mieux qu’éviter le pire et permet de retrouver les personnages attachants de cette histoire pour proposer une fin encore mieux que ce qu'on attendait à la fin de la première saison. Cependant, on espère réellement que c'était la dernière, car une troisième saison serait malvenue et gâcherait cette série qui est tout de même excellente de par son originalité et son histoire.