Ce n'est pas une grande nouvelle, vous le savez tous et toutes, il fait beau et une période de canicule s'approche dangereusement de notre quotidien. 

Qui dit été, dit vêtements caliente, ou du moins un peu plus découverts, et pour se découvrir, il en faut du courage ! Les regards insistants ne sont que le début d'une longue période de harcèlement tout l'été et les gens croient que leur avis a été demandé. 

Alors, pour inciter les femmes à revendiquer leur droit à s’habiller comme elles le veulent, sans avoir à subir des insultes ou des commentaires déplacés, le hashtag JeKiffeMonDécolleté a été lancé.

Tout a commencé par l'agacement d'une internaute le mercredi 19 juin. La jeune femme a raconté avoir été insultée dans la rue par un homme à cause de son décolleté plongeant. Elle a exprimé sa colère sur le réseau social : « Donc…d’après un type croisé tout à l’heure… ceci est un "décolleté de sale p**** " …Mec, mes seins et moi on t’em***** bien fort, tu sais », a-t-elle commenté sous le cliché.

Loin de passer inaperçu, son message a attiré l’attention de nombreuses personnes, dont Zohra Bitan, la chroniqueuse de l’émission "Les Grandes Gueules" sur RMC

Suite à cette publication, la journaliste a lancé un appel quelques jours plus tard et a créé sur Twitter le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, pour appeler les femmes à assumer leur décolleté surtout en temps de canicule, tout en dénonçant les remarques désobligeantes qu’elles doivent encaisser à cause de leurs tenues. "N’oubliez pas les filles, demain samedi 22 juin 18h, en attendant la canicule et en guise de résistance à la police vestimentaire qui tente des percées ça et là, #JeKiffeMonDécolleté en image ici ! Préparez vos photos ». La légende était accompagnée d’une photo avec le slogan "Liberté, égalité, décolleté".

Ce week-end, le hashtag a rassemblé plus de 15.000 tweets. Mais en donnant la parole aux femmes, celles-ci ont été à nouveau la cible de plusieurs personnes sexistes, aussi bien des hommes que d’autres femmes.

Un fait qui a choqué Zohra Bitan, la journaliste à l’initiative du mouvement. Elle s’en est excusée sur ce même réseau social : « Même les filles… et elles sont nombreuses à prêter main-forte aux misogynes, sexistes, pervers… Finalement, #JeKiffeMonDécolleté libère la parole… et c’est encore pire que ce que j’imaginais ».

Sur ce, les filles, passez un bel été, en bretelles ou en manches longues.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Lauren Crowe (@laurencrowe88) le