En France, la lutte contre le harcèlement de rue a un nouveau nom de code et il vient tout droit du plan Angela. Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les hommes et les femmes, dévoile les nouvelles mesures du gouvernement pour lutter contre l’insécurité que les femmes subissent au quotidien.

Il est passé inaperçu, mais le 28 mai dernier, le Plan Angela a été confirmé. Vous vous demandez sûrement quel est ce « plan » dont vous n’avez jamais entendu le nom. Eh bien, c’est un plan qui a pour objectif de mieux protéger les femmes dans l’espace public des violences sexistes.

Inspiré d’un dispositif aux États-Unis, le Plan Angela prévoit des lieux sûrs où les femmes en danger pourront se réfugier. En partenariat avec HeforShe, de nombreux lieux seront sélectionnés puis labellisés. Bar, restaurant, pharmacies et autres commerces deviendront un réseau de lieu sûr.

Si vous vous sentez menacée et que vous avez besoin d’aide, il vous suffira d’entrer dans un lieu et de dire « Je demande à voir Angela ». Le ou la responsable appellera ainsi la police grâce à ce nom de code. Vous pourrez également, dans les transports en commun, comme le bus, appuyer sur l’arrêt sur demande et ainsi descendre au plus près de votre domicile si vous ne vous sentez pas en sécurité. Des mesures sont aussi en train d’être mises en place pour les plateformes de VTC comme Uber. Un bouton d’urgence est mis à disposition sur l’application lors de votre course.

Quand est-il des sanctions contre les harceleurs ? Le gouvernement souhaite que les auteurs de violences sexistes soient sanctionnés rapidement et systématiquement. L’amende pour outrage sexiste de 1500 euros devra être plus régulièrement appliquée.

Les Éclaireuses