"Chéri(e), on regarde quoi ce soir ?"

Chaque jour, c'est la même histoire. On passe des heures sur notre plateforme de streaming préférée à chercher quoi regarder. Mais quand on s'est enfin décidé sur le film ou la série à mater, il est déjà 23 h 30 et demain matin, à 8 h, on a une réunion super importante. Donc pas question de se coucher trop tard !

Et puis il faut bien se l'avouer, au bout de 5 minutes de visionnage, on est déjà dans les bras de Morphée. Alors, comme nous vivons toutes cette même galère, on a décidé de vous venir en aide.

Au programme, un film policier teinté de sarcasme aux péripéties plus folles les unes que les autres, avec un soupçon d’humour, on vous présente le film actuellement numéro 1 sur Netflix, « Glass Onion : Une histoire à couteaux tirés ». 

Ce soir, direction la Grèce et ses incroyables îles. Nous partons à la rencontre du richissime Miles Bron, qui a convié sa bande d’amis à passer le week-end dans sa majestueuse villa futuriste en bord de mer. Dans ce cadre idyllique, pas question de faire un tour en bateau ou de se prélasser sur la plage. En effet, leur hôte leur a réservé un tout autre programme: un jeu macabre parfaitement ficelé (ou presque). De quoi jouer avec les nerfs de ses convives et, par la même occasion, nous faire perdre la tête.

Si vous n’avez toujours pas appuyé sur lecture, on vous donne 3 bonnes raisons de regarder ce film sans plus attendre. 

Enjoy, 

Les Éclaireuses

1.Un casting aux petits oignons 

Préparez-vous pour une véritable partie de Cluedo de 2h19. Ici pas de Colonel Moutarde, mais un détective du nom de Benoît Blanc pour résoudre le mystère de l’île. Et pour incarner ce personnage, qui de mieux que le très sophistiqué Daniel Craig, ancien James Bond ? Mais ce n’est pas tout, puisqu’à ses côtés, vous retrouverez également la sublime Janelle Monae, une Kate Hudson hilarante, ou encore un Edward Norton époustouflant en Elon Musk complètement barré. 

2. Une satire ensoleillée des clichés américains fortunés 

L’Amérique, ses excès et ses privilèges, voilà ce qu’a voulu mettre en lumière Rian Johnson, le réalisateur  du film, dans la suite des péripéties de Benoît Blanc. Le premier volet, « À couteaux tirés », une critique bien piquante de la sphère familiale autour de la question d’héritage, s’attaque ici aux personnes influentes de la société, pour en brosser un portrait cinglant. Tout le monde en prend pour son grade, influenceurs, politiques, business women, le réalisateur s’amuse à faire voler en éclats ce plafond de verre représenté par le « Glass Onion » . 

3. Un scénario plein de rebondissements 

À première vue, on parle ici de retrouver l’auteur d’un meurtre… puis d’un second, puis d’un troisième (ou d’une tentative ?). Et là, tout se complexifie. De nombreux mystères inattendus viennent mettre leur grain de sel, et demandent eux aussi à être résolus. Nous voilà donc avec plusieurs énigmes sur les bras et des centaines de mobiles en têtes. Plongées dans cette enquête rythmée, il est difficile de tirer des conclusions avec les indices que nous laissent les personnages. On peut vous dire que ce film est complètement addictif.